Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Le Plan d'action numérique en éducation et en enseignement supérieur : un lancement à saveur électoraliste, selon la CSQ

QUÉBEC, le 30 mai 2018 - Pour la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), le Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur arrive avec des ressources importantes et de bien belles promesses d’avenir pour les établissements d’enseignement à la veille des élections, mais il suscite énormément de questions quant à son déploiement et à sa mise en œuvre.

« Le Ministère prévoit dépenser des sommes considérables en peu de temps pour des outils numériques, sans avoir complété l’évaluation des besoins dans les milieux. Il doit également s’assurer que le personnel qui devra utiliser ces nouveaux outils sera adéquatement formé. Une Journée nationale du numérique par année, ça fait un beau titre, mais ce n’est clairement pas suffisant comme formation, car le personnel doit s’approprier les outils et développer des activités pédagogiques pour l’apprentissage des élèves et des étudiantes et étudiants. Tout cela doit se faire dans le plus grand respect de l’autonomie professionnelle des gens concernés qui doivent pouvoir choisir, parmi toutes les options, celles qui correspondent à leur vision pédagogique », a déclaré Line Camerlain, vice-présidente de la CSQ.

« Devant la rapidité de diffusion du numérique dans les milieux de travail, il devient impératif de développer et de partager une vision commune sur les mesures à mettre en place afin de s’assurer que l’utilisation des outils numériques se fasse au profit de toutes et tous. Dans cet objectif, l’ensemble des personnels de l’éducation, ainsi que les organisations qui les représentent, doivent être associés à la mise en œuvre de ce plan d’action. Quant aux mesures liées à différents cadres de référence prévues dans le plan d’action concernant notamment le personnel enseignant et la formation à distance (eCampus), nous y porterons une attention particulière en veillant à ce que les groupes concernés soient impliqués dans les consultations et la mise en œuvre » a-t-elle ajouté.

Rappelons qu’une vaste étude récemment menée par la CSQ démontre que la quasi-totalité (97 %) du personnel de l’éducation représenté par la CSQ est favorable au numérique en éducation. Plus des deux tiers du personnel estime d’ailleurs que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les élèves. Par contre, les travailleuses et travailleurs consultés ont aussi identifié certains bémols. Ils déplorent notamment le manque de temps de formation et d’appropriation des outils technologiques et l’augmentation de leur charge de travail.

La CSQ demeurera à l’affût de tous les développements dans ce dossier, puisque les enjeux sont grands pour l’éducation et le personnel qui y travaille.

Principaux faits saillants de l’étude de la CSQ :

- 76,5 % des personnes répondantes mentionnent que l’utilisation des outils numériques a amélioré ou fortement amélioré la communication à tous les niveaux, que ce soit avec les collègues, les parents, le public, les collaboratrices et collaborateurs externes et même avec les élèves, étudiantes et étudiants ;

- 74 % du personnel participant déclare utiliser du matériel technologique personnel pour réaliser ses tâches professionnelles au quotidien ;

- la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée est de plus en plus mince : 76,5 % constatent une augmentation des tâches réalisées sur leur temps personnel ;

- des besoins de formation criants :

- même si 70 % des répondantes et répondants ont reçu une formation, elles sont de courte durée,

- 75 % déclarent avoir reçu huit heures et moins de formation au cours des 12 derniers mois ;

- 97 % des personnes interrogées sont favorables au numérique ;

- 70 % considèrent que les outils numériques favorisent l’apprentissage et motivent les élèves, étudiantes et étudiants ;

- le manque de temps pour l’appropriation et la maîtrise des différents outils numériques sont les principaux obstacles à leur utilisation.

Une enquête unique

Au total, ce sont 9 000 personnes qui ont participé à l’enquête. Rappelons que la CSQ est la première centrale à sonder ses membres à grande échelle afin de documenter les impacts du numérique sur leurs conditions de travail.

Pour consulter les faits saillants de l’enquête de la CSQ sur le numérique, cliquer ici.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...