Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Le Syndicat des Métallos propose dix façons d'améliorer la sécurité économique des femmes canadiennes

OTTAWA, le 6 avril 2017 - Le Syndicat des Métallos a déclaré à un comité parlementaire qu’assurer la sécurité économique des femmes repose sur plusieurs facteurs, notamment un meilleur accès à la syndicalisation, des lois sur l’équité salariale, des pensions sûres, de meilleurs services destinés aux enfants et l’élimination de la violence fondée sur le sexe.

« Chaque jour, nous nous battons pour les droits des femmes par la négociation collective », a déclaré le directeur en chef du Syndicat des Métallos, Ken Neumann. « Nous savons que sans les syndicats, l’écart salarial entre les femmes et les hommes serait encore plus grand - et il est déjà inacceptable. »

Le Syndicat des Métallos a émis 10 recommandations, notamment une loi fédérale sur l’équité salariale, de meilleurs services de garde, un accès plus facile aux prestations de maternité et parentales de l’assurance emploi, de meilleurs logements et plus de programmes d’apprentissage.

Selon le document, il devrait y avoir une plus grande collaboration entre le gouvernement fédéral et les provinces en matière de programmes d’apprentissage et de stages pour les groupes luttant pour l’équité. De plus, le gouvernement fédéral devrait évaluer les investissements en infrastructures selon le point de vue de l’équité entre les sexes.

Le document du Syndicat des Métallos souligne également que les inégalités auxquelles sont confrontées les femmes autochtones, les femmes noires et les autres femmes de couleur, les femmes handicapées et les femmes LGBTQ entraînent des écarts de salaire encore plus importants et des emplois plus précaires.

« Sur les 225 000 membres de notre syndicat au Canada, 20 % sont des femmes, et cette proportion ne fait qu’augmenter », a affirmé M. Neumann. « Les femmes membres du Syndicat des Métallos sont hautement compétentes et actives tant en politique que dans leur communauté pour défendre les intérêts des travailleuses. »

« Cependant, le gouvernement fédéral doit faire preuve de leadership afin d’éliminer les inégalités historiques en prenant des mesures concrètes, comme en suivant l’initiative du Québec et en améliorant les prestations de maternité et parentales de l’assurance emploi. »

Le Syndicat des Métallos propose dans son document que l’admissibilité soit déterminée selon un revenu de 2 000 $ durant une plus longue période et que le nombre d’heures requises passe à 300.

M. Neumann a soutenu que les femmes membres du Syndicat des Métallos se battent pour la sécurité économique et sont actives tant au sein du syndicat qu’en dehors. La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, est membre du Syndicat des Métallos.

Syndicat des Métallos (FTQ)

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...