Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Le cuirassé Potemkine

Ce film muet est un drame social qui relate les révoltes qui ont éclaté, en 1905, dans la ville d’Odessa et à bord du cuirassé Potemkine. Nous sommes ici en présence d’une création artistique très importante dans l’histoire du cinéma. Elle aura pour effet d’ouvrir les portes des studios de cinéma d’Hollywood à Eisenstein.

Ce film a été réalisé en vue de commémorer le vingtième anniversaire de la célèbre révolte des matelots du cuirassé Potemkine. Cette œuvre a été commanditée par une Commission de l’État soviétique dirigé à l’époque par le Parti communiste russe. Œuvre de propagande ? La question mérite d’être posée.

Un peu d’histoire

En 1904-1905, la Russie est en guerre contre le Japon. La flotte russe encaisse une succession de défaites et capitule devant la force militaire nipponne. Parallèlement à ce conflit armé, des mouvements locaux de révoltes explosent un peu partout dans le pays de Nicholas II (grèves ouvrières, révoltes paysannes, marche des ouvriers de Saint-Pétersbourg en janvier 1905 qui sera réprimée dans le sang, mutinerie en juin et juillet de 1905 sur le cuirassé Potemkine, etc.). Les conditions d’existence à bord du cuirassé sont insupportables.

Les marins doivent manger de la viande avariée. Ils refusent de mettre dans leur bouche la soupe préparée à partir de morceaux de viande impropres à la consommation humaine. Le capitaine décide de réprimer très sévèrement le climat d’agitation qui se propage à bord de son bateau. Il ordonne aux marins de se mettre au garde-à-vous et réclame une bâche. Il fait couvrir de cette toile des meneurs de la désobéissance et ordonne qu’ils soient fusillés. La situation se renverse. Ce sont plutôt plusieurs officiers qui sont abattus ou jetés par-dessus bord. La population de la ville d’Odessa prend position en faveur des mutins.

La division du film

Ce film est la deuxième réalisation d’Eisenstein. Il n’a que 27 ans quand il le tourne. Il se divise en cinq actes :

1. À bord du Cuirassé Potemkine, il règne une discipline stricte et rigide. Des matelots refusent de manger la nourriture préparée à partir de morceaux de viande en état de décomposition avancée.

2. Le capitaine en condamne un certain nombre à être fusillés. Au moment où ils doivent être exécutés, le matelot bolchevique Vakoulintchouk parvient à empêcher leur mise à mort et la situation se renverse à l’avantage des marins-mutins. Des officiers sont jetés par-dessus bord ou tirés dessus. Les matelots prennent le contrôle du bateau.

3. Pendant l’affrontement, Vakoulintchouk est tué. Son corps est exposé sur un quai du port d’Odessa. La population de la ville manifeste sa solidarité à l’endroit des marins. 

4. Un détachement des troupes d’infanterie du tsar se prépare à réprimer la révolte populaire. Alors que la foule en colère se disperse, une partie des personnes attroupées, en état de panique, se fait impitoyablement massacrer dans les escaliers d’Odessa.

5. L’équipage du Potemkine fait feu sur le Quartier général. La flotte amirale est mobilisée en vue d’anéantir les insurgés. Après un moment de situation d’attente angoissée, elle laisse finalement passer le cuirassé rebelle qui se défile et réussit à s’enfuir en mer.

L’impact de cette œuvre cinématographique

Le cuirassé Potemkine est au cinéma ce que Guernica de Picasso est à la peinture : une authentique icône dans l’imaginaire symbolique de la résistance progressiste. La scène de l’escalier, qui dure un bon six minutes, a fait l’objet de citations dans plusieurs films (Partner de Bernardo Bertoluci ; Speed de Jan de Bont ; The Untouchables de Brian de Palma). Le génie d’Eisenstein réside dans le fait qu’il a voulu appliquer la dialectique hégéliano-marxiste (thèse-antithèse-synthèse) au montage cinématographique. L’affrontement entre deux forces opposées débouche ici sur la victoire des opprimés. Les héros sont le peuple qui affronte les troupes du tsar et les marins du Potemkine qui combattent collectivement contre les officiers du bateau qui se comportent en dictateurs. 
 
À la fin du visionnement de ce film vous vous direz que l’approche d’Eisenstein de la pars pro topo (« une partie pour le tout » ou l’usage de la synecdoque) qu’il veut reproduire à l’écran, est d’une efficacité redoutable. Vous vous direz également que l’histoire est faite de mille et une choses : tantôt de victoires populaires et tantôt, hélas, de défaites.

Yvan Perrier

Yvan Perrier

Yvan Perrier est professeur de science politique depuis 1979. Il détient une maîtrise en science politique de l’Université Laval (Québec), un diplôme d’études approfondies (DEA) en sociologie politique de l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et un doctorat (Ph. D.) en science politique de l’Université du Québec à Montréal. Il est professeur au département des Sciences sociales du Cégep du Vieux Montréal (depuis 1990). Il a été chargé de cours en Relations industrielles à l’Université du Québec en Outaouais (de 2008 à 2016). Il a également été chercheur-associé au Centre de recherche en droit public à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de textes portant sur les sujets suivants : la question des jeunes ; la méthodologie du travail intellectuel et les méthodes de recherche en sciences sociales ; les Codes d’éthique dans les établissements de santé et de services sociaux ; la laïcité et la constitution canadienne ; les rapports collectifs de travail dans les secteurs public et parapublic au Québec ; l’État ; l’effectivité du droit et l’État de droit ; la constitutionnalisation de la liberté d’association ; l’historiographie ; la société moderne et finalement les arts (les arts visuels, le cinéma et la littérature).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...