Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

Le médecin productif

Connaissez-vous beaucoup de monde qui se vante d’avoir un médecin productif ? Avez-vous un cousin, une voisine, une camarade de travail, une connaissance qui soit fière d’annoncer : « Moi, mon médecin voit 70 patients dans la journée ! » « Mieux, le mien ne consacre que trois minutes à chaque personne ! »

L’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a publié le 17 janvier 2017 un rapport dans lequel il suggère que les médecins deviennent des salariés, ce qui serait beaucoup moins coûteux pour le système de santé québécois tout en permettant à ces professionnels de gagner un revenu confortable équivalent à quatre fois le salaire moyen des autres travailleuses et travailleurs.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a balayé cette proposition du revers de la main au motif que « le salariat nuit à la productivité ». C’est plus qu’un argument, c’est un programme ! S’il faut l’en croire, on devrait revenir au XIXe siècle et pratiquer la rémunération aux pièces dans tous les secteurs.

Or, on ne peut pas dire qu’historiquement la rémunération aux pièces ait produit plus et mieux que la rémunération salariée. Si même Henry Ford, qui était tout sauf socialiste, avait compris cela, on peut croire que ce serait à la portée de notre Ministre.

Je me rappelle quand mon père était mécanicien de machine à coudre dans une manufacture de gants de travail. Les couseuses étaient rémunérées aux pièces, et le paternel n’avait de cesse de faire pression sur le comité paritaire (les employées n’étaient évidemment pas syndiquées) pour qu’on passe au salariat. Il avait pour preuves du défaut de la rémunération à la quantité produite : le nombre de bris de machines (ce qui retardait l’entretien qu’il devait consacrer à celles qui tournaient normalement), la quantité importante d’imparfaits qu’il fallait liquider et l’atmosphère délétère de compétition et de suspicion qui était entretenue entre les travailleuses.

Le passage de la rémunération aux pièces à la rémunération salariale a permis d’apaiser le climat de travail, de pratiquer l’équité et d’assurer une certaine forme de normalisation de la production en réduisant de manière draconienne les bris et les imparfaits.

Maintenant qu’on a fait le sort qu’elle mérite à la rémunération aux pièces, demandons-nous ce que peut bien signifier la productivité d’un médecin ? S’agit-il du médecin de la fable qui déclare tout le monde malade et prescrit des pilules à tout va ? Celui-là rend heureux les patients, contents qu’on ait trouvé un nom à leurs maux et que le remède existe. Ravit les pharmaciens dont les ventes explosent et soulage les hôpitaux de leur congestion puisqu’il suffit de se médicamenter pour se soigner.

Mais le médecin soucieux de soigner le mal à sa source et préoccupé de prévention a d’abord et avant tout besoin de temps pour entrer en relation avec son patient, faire preuve d’empathie (ce qui est la moitié de la guérison) et faire enquête sur les causes réelles du mal. Ce médecin-là ne partage sans doute pas la même conception de la productivité que le ministre Libéral.

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...