Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Le post-humanisme : fuite en avant de la grande bourgeoisie

La grande bourgeoisie a toujours excellé dans l’art de se déresponsabiliser dans la déprédation des ressources planétaires. De l’achat individuel responsable à l’antithétique « capitalisme vert », aucune des solutions qu’elle propose ne suffira jamais à restaurer un environnement viable devant la dévastation industrielle à grande échelle induite par la course aux profits.

Longtemps assurée d’être épargnée de l’empoisonnement général grâce à des domaines isolés et bien protégés, la grande bourgeoisie commence à se rendre compte qu’il n’y aura bientôt plus assez d’eau même pour la faune du gratin et que l’air vicié ne connaît pas de frontière.

Inébranlablement confiante dans la techno-science, elle repousse toujours à plus tard la restauration des éco-systèmes, croyant que la technologie rendra le développement durable. Mais, les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Portée à s’imaginer qu’elle pourrait changer de planète grâce à l’exploration spatiale, elle se trouve un peu déçue de constater que les exoplanètes habitables sont beaucoup trop éloignées pour qu’on puisse espérer en atteindre une dans le siècle qui vient.

Qu’à cela ne tienne, elle a découvert le secret de la vie éternelle. Loué soit le post-humanisme qui nous promet de vaincre la mort. « Nous promet ? » Non, pas à nous, seulement aux happy few qui auront les moyens de se le payer, c’est-à-dire encore une fois les patrons des grandes pétrolières, des grands groupes financiers, des grands constructeurs automobiles, des pharmaceutiques, les papes de l’électronique... C’est pourquoi Google et consorts se sont lancés dans l’intelligence artificielle et dans le développement du transfert des données neuronales vers la machine.

Finies les préoccupations pour l’environnement ! On n’a plus besoin de s’en inquiéter : les populations pauvres pourront crever tout leur soûl, les élites de ce « meilleur des mondes » seront désormais d’un nouveau genre où l’électronique et le mécanique leur permettront de survivre dans des environnements où seules les machines triomphent.

Ironique tout de même que la figure du Borg, utilisée par exemple dans Star Trek comme repoussoir du collectivisme, serve finalement les desseins férocement individualistes des possédants. Il faut dire que cet individualisme sera standardisé et, si l’on ne peut dire qu’il sera de masse à cause du nombre restreint d’élus, il sera tout de même assez peu différencié sinon par les contenus mnémoniques et quelques petits détails dignes des décorations qui distinguent les automobiles les unes des autres.

Cette pseudo-éternité minérale et mécanique affrontera tout de même la limite du système solaire destiné à la destruction par l’implosion de notre bel astre dans cinq milliards d’années. Mais d’ici là, gageons que la grande bourgeoisie aura trouvé le moyen d’aller asservir d’autres systèmes planétaires si elle n’a pas provoqué sa propre extinction.

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...