Édition du 5 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Le sud tunisien en ébullition

Plus un article traduit du New York Times du 27 mai 2017

tiré du site d’Europe solidaire sans frontières | http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41131 |Vendredi 26 mai 2017

Depuis 2011, les revendications sociales ne cessent d’alimenter la grogne un peu partout dans le pays, empêchant la stabilisation du régime. C’est en ce moment le cas de la région de Tataouine d’où est issue une grande partie de la production d’hydrocarbures.

Petite chronologie

16 mars
Face à cette pression, particulièrement intense dans la région, L’UGTT de Tataouine appelle à la grève générale du secteur pétrolier où de nombreux conflits ont eu lieu ces dernières années. Cette grève fait notamment suite au licenciement de 24 salariés par la société canadienne Winstar qui refuse par ailleurs de participer au développement économique et social de la région.

8 avril
Des jeunes chômeurs exigeant notamment des créations massives d’emplois occupent les routes empruntées par les camions de pétrole. Ils appellent à la grève générale de toute la population pour le 11.

11 avril
Toutes les activités sont bloquées à Tataouine, à l’exception de quelques boulangeries, des pharmacies et de l’Hôpital régional. Les manifestants permettent à nouveau la circulation, sauf pour les camions des sociétés pétrolières.

23 avril
Des milliers de jeunes organisent un sit-in illimité à proximité de la zone pétrolière protégée par les forces armées.

27 avril
Le Premier ministre lors de sa venue à Tataouine propose la création 2 500 emplois précaires et mal payés, dont 500 immédiatement. Il est vivement contesté aux cris de « travail, liberté et dignité » et doit être évacué en catastrophe.

7 mai
La population manifeste massivement pour soutenir les sit-ins.

16 mai
Une nouvelle proposition du gouvernement inclue notamment l’embauche de 1 500 personnes par les sociétés pétrolière et 2 000 emplois précaires dans d’autres activités. Une partie des jeunes mobilisés juge ce compromis acceptable. Une partie le juge insuffisant et continue à bloquer l’exploitation pétrolière.

20 mai
Malgré des tirs de sommation de l’armée, les manifestants réussissent à mettre à l’arrêt la principale station de pompage de gaz du Sud tunisien ! Du jamais vu depuis le début de l’exploitation des hydrocarbures dans la région il y a plus d’un demi-siècle.

21 mai
Les forces sécuritaires reçoivent l’ordre d’empêcher par tous les moyens le blocage des sites d’extraction d’hydrocarbures.

22 mai
Les forces sécuritaires interviennent contre des jeunes voulant bloquer un site de production : l’un d’entre eux meurt et une cinquantaine d’autres sont blessés. Dans la ville voisine de Tataouine, où une grève générale a lieu ce jour-là, de violents affrontements ont lieu.

Des mobilisations ont également lieu dans de nombreuses villes du pays. Les principales revendications En plus de la création immédiate d’emplois, les manifestants veulent obliger les sociétés pétrolières et gazières à verser 20 % de leur profits à une caisse chargée du développement économique de la région.

Cette dernière mesure est catégoriquement refusée par le gouvernement néolibéral de coalition constitué essentiellement d’islamistes d’Ennahdha et de certains notables de l’ancien régime. Une volonté d’auto-organisation Depuis des années, le gouvernement fait des promesses ou signe des accords qu’il ne respecte pas. Cette fois-ci, les jeunes chômeurs sont bien décidés à ne pas se faire avoir une nouvelle fois. L’un d’entre eux explique : « En 2013, après des mois d’occupation de la place centrale de la ville, on nous a baratiné avec une dizaine de postes dans un chantier appartenant à la présidente du syndicat patronal. Les contrats, sans couverture sociale, ont pris fin au bout de six mois », explique l’un des jeunes mobilisés. Il assure que cette fois-ci « ni la société civile, ni les partis politiques, ni l’UGTT ne négocieront à notre place. » Pour cette raison, chaque décision est prise après un vote effectué au niveau de chaque sit-in, puis au niveau de leur coordination. L’un de ses membres explique : « Nous essayons de rester transparents et de respecter la volonté de chaque sit-inneur. Cela est possible à travers les votes et les concertations entre nous. Nous passons tout notre temps à discuter de tous les détails de nos demandes et des solutions que nous proposons au pouvoir ».

La nationalisation des ressources naturelles à l’ordre du jour

Même si elle ne fait pas partie de la plate-forme revendicative, cette question est posée par de nombreux manifestants : « Sur des milliers de postes crées pour exploiter les hydrocarbures, seules quelques centaines sont attribués aux jeunes de Tataouine ». « Les sociétés étrangères agissent comme si la Tunisie était encore colonisée. »

Malgré sa radicalité, le mouvement bénéficie d’un soutien populaire assez large dans tout le pays.

* Fathi Chamkhi est dirigeant et député du Front populaire de Tunisie qui regroupe la plupart des organisations politiques de gauche

* Dominique Lerouge est militant du NPA (France)

P.-S. Cet article initialement écrit le 20 mai pour l’Anticapitaliste hebdo, a été coplété par les événements intervenus les 21 et 22 mai.

Des documents sur cette lutte sont disponibles sur le site Europe solidaire sans frontières, et notamment :

1. Les débuts du mouvement de Tataouine
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41116

2. La surdité du pouvoir
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41115

3. La mobilisation convergente de la région de Kebili
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41114

4. Le pouvoir agite le bâton et la carotte, flottements dans le mouvement
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41113

5. Le mouvement repart de plus belle à Tataouine
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41112

6. Redémarrage du mouvement dans la région de Kebili
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41111

7. Un mort et des dizaines de blessés à El Kamour (Tataouine)
http://www.europe-solidaire.org/spip.php?article41110


Jeunes et chômeurs, les Tunisiens se mobilisent pour une « Deuxième Révolution »

par Carlota Gall, New York Times, 27 mai 2017

Un camp de protestation à El Kamour, en Tunisie, lundi, après l’intervention de la garde nationale. EL KAMOUR, Tunisie - Il se peut qu’elle est l’apparence d’une poignée de tentes montée à l’extérieur d’une station de pompage de pétrole au bord du Sahara. Mais pour les gens de cette région du Sud, c’est la deuxième révolution tunisienne.

Fatigués d’attendre que le gouvernement soulage leur pauvreté et crée des emplois, des milliers de jeunes ont campé ici et manifesté dans la ville principale, Tataouine, depuis des semaines. La semaine dernière, les manifestants ont fermé le principal gazoduc à El Kamour et ont affronté des unités de la Garde nationale qui ont essayé de brûler le camp lundi. Un poste de police et un poste de la garde nationale ont tour à tour été brûlés. Un manifestant a été tué et au moins deux autres ont été gravement blessés.

Six ans après la révolution qui a abattu le dictateur tunisien au pouvoir depuis 23 ans, Zine el- Abidine Ben Ali, les protestations reflètent une frustration croissante concernant les promesses non tenues des nouveaux leaders démocratiques du pays pour apporter des améliorations tangibles aux régions les plus pauvres comme celle-ci.

Pourtant, les manifestants sont eux-mêmes un signe de changement dans le pays, tout comme les défis auxquels le gouvernement est confronté. Les manifestants sont représentatifs d’une nouvelle génération qui a grandi dans un contexte de relative liberté, seulement pour faire face à la perspective d’un chômage de longue durée.

Un grand nombre de diplômés universitaires, organisés et articulés. Tous sans travail, ils ont forgé un mouvement uni de manifestants venant d’une foule de villes et de villages de la région.

Il n’y a pas eu d’étincelle particulière qui a commencé les manifestations, dont la première a débuté à Ksar Ouled Debbeb, une petite ville juste à l’extérieur de Tataouine, le 14 mars. La demande de base des manifestants est simplement plus d’emplois.

« Nous en avions assez », a déclaré Ali Ghaffari, 24 ans, un étudiant en anglais. « Nous étions jeunes, dans la vingtaine. Nous avons fait une liste de 260 personnes sans emploi. » D’autres manifestations ont suivi dans les villes environnantes. En avril, les manifestants ont commencé à camper devant le bureau du gouverneur et, il y a un mois, ils ont installé le camp dans le désert.

Le gouvernement a récemment distribué de nouvelles concessions pétrolières dans la région, une étape qui a permis de rappeler combien peu la région bénéficie de la ressource. Les compagnies pétrolières embauchent généralement des gens de l’extérieur, et peu est réinvesti. Les demandes des manifestants se sont régulièrement solidifiées : un quota d’emplois pour les populations locales dans les forages pétroliers dans la région, la création d’emplois dans une agence environnementale et un fonds d’investissement pour les programmes de création d’emplois.

Le gouvernement a dénoncé les dirigeants de l’agitation comme ayant des liens avec des terroristes ou étant les outils des chefs de la mafia. Mais il a toujours amélioré sa réponse à leurs demandes.

Les manifestants tiennent le coup pour obtenir davantage et une trêve inconfortable est descendue après que des milliers aient assisté aux funérailles de l’homme qui a été tué - Muhammad Anouar Sakrafi, âgé de 23 ans et sans emploi.

Dans le camp du désert, à environ 125 milles au sud de Tataouine, 200 manifestants surveillaient, jeudi, le pipeline qui est restait fermé.

Se reposant du sévère soleil saharien à l’ombre de leurs tentes, ils ont dit qu’ils resteraient jusqu’à ce que le gouvernement accepte les 17 demandes qu’ils ont transmises.

« Tout le monde est venu pour nos droits et pour les emplois », a déclaré un des manifestants, Walid Abdelmollah, 27 ans. « Nous sommes ici jusqu’à la fin. Pas de retour en arrière ! », a-t-il ajouté, en utilisant une phrase qui est devenue leur chant de signature.

À Tataouine, les manifestants contrôlent la vie dans les rues. Ils sont campés à l’extérieur du bureau du gouverneur et aux intersections principales, dans des scènes rappelant le soulèvement populaire de 2010 et 2011. Les restes de pneus brûlés bloquent encore certaines des routes. Le gouverneur a démissionné mardi et a quitté la ville, et la police et l’armée étaient absentes de la vue. Une poignée d’agents de police en civil ont émergé de la coquille carbonisée du poste de police principal pour parler aux journalistes. La situation était encore ambivalente, disaient-ils, et ils ne portaient pas d’uniformes, afin de garder un profil bas.

« C’est la deuxième révolution », a déclaré Ahmed Wafi, un fonctionnaire à la retraite dont la fille, Sabrine Wafi, est une activiste féminine de premier plan dans la ville. « Et cette fois-ci, c’est plus sérieux ».

Les manifestants se sont organisés presque entièrement sur Facebook et ont partagé des événements en direct sur leurs comptes sociaux. Ils ont largement contourné les médias tunisiens et restent méfiants envers les journalistes.

« Il y a un problème de confiance avec les médias traditionnels, donc tout le monde utilise les médias sociaux », a déclaré Youssef Zorgui, qui a dirigé une page Facebook dans sa ville natale, Bir Lahmar, et a couvert les manifestations dans le camp. « Nous pouvons tout partager sur Facebook, alors que les médias censurent ou ne montrent qu’une ou deux minutes des événements ».

Les manifestants ont clairement choisi de ne pas élire de dirigeants pour le mouvement. « C’est un mouvement démocratique. Nous décidons tous ensemble » comme l’a dit un d’entre eux. Il a demandé que seul son prénom, Naim, soit utilisé.

Le mouvement a rejeté toute implication des partis politiques — dans le camp, les manifestants ne sont pas autorisés à discuter de politique — et ils ont gardé à distance, les bannissant du camp du désert, les groupes de la société civile et une grande partie des médias tunisiens qu’ils accusent de partialité.

Le gouvernement a fait des efforts pour répondre à leurs demandes — de façon inégale. Le Premier ministre, Youssef Chahed, s’est rendu dans la région pour parler aux manifestants en avril et a y envoyé son ministre de l’emploi pour négocier.

Il n’est pas clair qui a ordonné à la garde nationale d’intervenir en force lundi. Le gouverneur avait insisté publiquement sur le fait qu’il n’y aurait plus de recours à la force quelques minutes avant que la garde nationale n’envahisse le camp. Ses aides ont suggéré que sa démission était due, en partie, à son désaveu.

En plus des emplois et des investissements, les manifestants réclament maintenant des excuses pour la violence policière. Ils accusent la garde nationale d’avoir délibérément démoli le camp. Des témoins ont déclaré que Sakrafi avait été renversé par derrière par un véhicule de police. Il a subi de multiples fractures à ses jambes, à sa tête et à son torse et est mort sur le coup, a déclaré son cousin Mustafa Sakrafi. Les manifestants ont déclaré avoir transmis des vidéos de l’événement à l’enquêteur militaire le lendemain.

Il n’est toujours pas clair qui a incendié le poste de police et le poste de la garde nationale à Tataouine. Beaucoup de manifestants prétendent que ce sont des étrangers dont le but était le pillage. Le mouvement a promis d’organiser une action bénévole pour nettoyer et réparer les bâtiments.

« Notre objectif est légitime », a déclaré Tarek Haddad, 33 ans, un travailleur sans emploi de Tataouine et un porte-parole du mouvement. La nouvelle Constitution a reconnu le droit au travail, a-t-il dit, ajoutant : « Que nous ayons fait des études ou non, nous ne travaillons toujours pas. »

Avec la contribution de Lilia Blaise

Dominique Lerouge

Hebdo Tout est à nous !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...