Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Le syndicat des Teamsters dévoile les véritables intentions du CP

LAVAL, QC, le 14 avril 2018 - Dans un communiqué rempli de fabrications et d’insinuations, le Canadien Pacifique (CP) a dit hier soir qu’il essayait de négocier de bonne foi une entente avec la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC). La réalité est que l’entreprise tente de fabriquer une crise pour forcer une intervention du gouvernement pour qu’elle n’ait pas à négocier avec le syndicat des Teamsters.

« Si le CP veut vraiment éviter une grève, ils n’ont qu’à se présenter à l’heure à la table de négos, être prêts à négocier réellement avec nous, et cesser de demander au gouvernement de leur sauver d’eux-mêmes, » a expliqué le président de la CFTC, Doug Finnson.

Le CP a admis à la CFTC qu’il préfèrerait avoir affaire à un arbitre nommé par le gouvernement plutôt que de négocier avec le syndicat des Teamsters. L’arbitrage mène à une meilleure convention collective pour l’entreprise. Négocier de façon à ne laisser au syndicat aucun autre choix que de faire la grève est une façon de forcer un arbitrage dans le dossier, et ce au détriment des clients et de l’économie.

Il s’agit de la troisième fois en six ans que les membres du syndicat des Teamsters se donnent d’un mandat de grève au CP. Le 6 avril, les travailleuses et travailleurs du CP se sont prononcés à 94,2 % en faveur d’un débrayage. Un conflit de travail impliquant quelque 3000 chefs de train et ingénieurs de locomotive pourrait donc éclater le 21 avril 2018 à 0 h 01.

Problèmes de paix industrielle et de santé et sécurité au travail

Si l’entreprise affirme qu’améliorer les relations de travail est une priorité, le quotidien des employées a très peu changé. Le harcèlement et l’intimidation systématique de ses travailleurs, et le fait de faire travailler les équipes de train bien au-delà de leur point d’épuisement, ont fait en sorte que le syndicat a dû déposer une demande d’ordonnance de cessation et d’abstention.

« La stratégie de confrontation du CP a échoué lamentablement. Il y a une montagne de preuves qui indique que leur style punitif de relations de travail ne fonctionne pas au Canada et a contribué à créer un clivage entre les parties, » a dit Finnson.

Au Bureau d’arbitrage et de médiation des chemins de fer du Canada, les cas de travailleurs congédiés au CP ont augmenté de 500 % depuis que l’entreprise a adopté son nouveau style de relations de travail. 2017 fut une année record pour le nombre de cas d’arbitrage en raison de congédiements au CP.

« La Cour suprême a reconnu que la négociation collective est un droit fondamental. Il faut que le CP arrête de courir après l’arbitrage exécutoire et commence enfin à négocier réellement, » a dit le dirigeant syndical.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...