Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Le travail domestique : des logiques prégnantes pour les femmes

L’objectif de mon intervention sera de plaider pour que l’on accorde plus d’intérêt au travail domestique. J’ai le sentiment qu’aujourd’hui les problématiques de recherche et surtout d’actions (action politique, action syndicale aussi) se sont déplacées par rapport aux années 1970 et que l’on s’intéresse plus volontiers à la place des femmes dans la sphère publique, avec en particulier les débats sur la parité ; que l’on s’émeut éventuellement de la situation d’inégalité qui leur est faite dans l’emploi, tout cela en considérant un peu vite que, du côté du privé, ne subsistent que des problèmes d’ordre individuel, à résoudre en couple, en famille, grâce à un peu de bonne volonté.

tire de : entre les lignes et les mots 2018 - 24 - 30 juin : Notes de lecture, textes, pétitions, lien...

Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse

Je voudrais donc montrer ici que le travail domestique est important pour les femmes. D’abord bien sûr parce que ce sont surtout elles qui le font, mais aussi parce qu’il est structurant dans la place que les femmes occupent dans la société en général, y compris dans l’espace public, en particulier professionnel.

Qu’est-ce que le travail domestique ?

Cette question peut paraître triviale : tout le monde sait que cela veut dire passer l’aspirateur, repasser, faire la cuisine et la vaisselle, etc. Mais cette approche énumérative est insuffisante, d’abord parce qu’elle oublie toujours certaines tâches comme emmener les enfants à l’école, surveiller leurs devoirs, ou bien encore trier le linge et prévoir plusieurs tournées de machines, faire les courses en ayant en tête ce qui reste dans le frigo, les menus des jours à venir, etc.

Il me paraît donc préférable de partir des caractéristiques communes à toutes ces tâches, à savoir qu’elles sont réalisées pour assurer le bien-être des membres du foyer et cela gratuitement. Le travail domestique est donc un travail non rémunéré. Cette gratuité entraîne sa non-reconnaissance. Ne dit-on pas couramment des femmes au foyer qu’elles « ne travaillent pas » ? Plus officiellement, les économistes et statisticiens parlent d’« inactives », considérant que les femmes qui ne réalisent « que » des tâches domestiques ne participent pas à la production de richesses. Pourtant, ces tâches domestiques sont bien utiles : si elles n’étaient pas effectuées gratuitement, il faudrait acheter à l’extérieur des biens ou des services pour les remplacer.

C’est en tenant ce raisonnement que deux statisticiennes de l’Insee, Anne Chadeau et Annie Fouquet ont réalisé, au début des années 1980, une évaluation de cette production domestique : celle-ci représenterait une grandeur comprise entre 32 et 77 % du PIB (c’est-à-dire de tout ce qui est produit en France dans une année). Même si la fourchette est très large, le chiffre est de toute façon considérable, puisque cela revient à dire qu’intégrer la production domestique au PIB l’augmenterait de moitié… Non reconnaissance et non prise en compte statistique ne signifient donc pas une faible importance de ces tâches domestiques.

Ce travail non reconnu est réalisé pour l’essentiel par les femmes. Même si on parle beaucoup du partage des tâches dans le couple, même si les publicités tendent à montrer de jeunes hommes maniant avec dextérité la machine à laver ou jouant les papas poules, les enquêtes sur le terrain montrent que les choses changent très peu, que le temps passé par les femmes au travail domestique est beaucoup plus important que celui des hommes. Encore ne s’agit-il pas pour eux des mêmes tâches. Autrement dit, on a toujours affaire à une division sexuée des tâches, l’essentiel des tâches domestiques étant des tâches « féminines », au sens où elles sont principalement réalisées par les femmes et considérées comme faisant partie du rôle féminin, appartenant à la définition de la féminité.

Globalement les hommes apparaissent ainsi comme chargés du travail de « production » des richesses dans la sphère publique définie par le capitalisme autour du salariat, alors que les femmes sont assignées à ce qu’on peut appeler la « reproduction », c’est-à-dire à l’entretien de la force de travail des salariés. Ce faisant, elles abaissent le coût, pour les employeurs, de l’emploi des hommes puisqu’en fournissant gratuitement de la lessive, de la cuisine, du ménage, des soins aux enfants, elles évitent à leurs conjoints des dépenses supplémentaires.

Des logiques domestiques…

Face à la permanence de cette répartition des tâches, on peut s’interroger sur ce qui la perpétue. Pourquoi les femmes effectuent-elles le travail domestique ? Pourquoi même semblent-elles parfois ne pas souhaiter le partage ? Une première explication peut être avancée en termes d’évidence : « Le travail domestique, il faut bien le faire… ». Les femmes s’expriment ainsi quand on les interroge sur ce thème, comme si elles ne faisaient que répondre à une nécessité d’ordre physiologique. Or, en cuisinant, en époussetant, en lavant le linge, en prenant soin des enfants, les femmes font bien autre chose que simplement maintenir la vie. Elles instaurent, ou plutôt reproduisent un ordre social dans lequel elles se situent elles-mêmes en tant que fille, épouse, mère. C’est dire que le travail domestique n’est pas seulement créateur de richesses matérielles mais qu’il est aussi porteur de fortes valeurs symboliques : cuisiner par exemple, ce n’est pas simplement mettre à disposition du groupe familial des calories sous forme assimilable par l’organisme, c’est aussi signifier la place du groupe familial dans la société, c’est aussi créer et recréer chaque jour un lien de culture entre ses membres.

Cela explique sans doute pourquoi il est si difficile de trouver des substituts au travail domestique car cette fonction symbolique est liée à la personne qui exécute les tâches. Les mêmes gestes effectués par d’autres n’ont pas la même efficacité et peuvent même se révéler nuisibles. Par exemple, les nourrices « trop maternelles » qui mêlent aux soins matériels aux enfants qui leur sont confiés une composante affective trop grande ne sont pas appréciées des mères. C’est parce que c’est cette femme-là qui l’exécute qu’il a cette valeur… et cela représente une contrainte majeure pour les femmes.

Malgré cette importante fonction symbolique, le travail domestique n’est pas porteur de reconnaissance sociale. Il est au contraire dévalorisé. Trois mécanismes sont repérables qui fondent cette dévalorisation.

Tout d’abord, le travail domestique est largement invisible. En effet, au dire des femmes elles-mêmes, elles « voient » le travail domestique alors même que les hommes ne le « voient pas ». Les raisons de cette cécité sélective sont multiples. Il semble tout d’abord que les hommes n’aient pas appris à reconnaître la nécessité du travail domestique. Comme le disent plusieurs femmes : « Mon mari, il voit pas ce qu’il y a à faire… Il voit pas pourquoi il faut faire le ménage… Il n’imagine pas de le faire. » Cette « imagination » du travail domestique, les femmes, elles, l’ont apprise en « voyant » faire leur propre mère. Elle repose sur la conviction de la nécessité de ces tâches. Plus que des gestes et des savoir-faire précis, c’est donc une posture, une norme sexuée qui est transmise de mère en fille : c’est aux femmes et à elles seules qu’incombe cette responsabilité.

Une deuxième raison est qu’une partie essentielle du travail domestique est réellement invisible puisqu’il ne s’agit pas d’une occupation matérielle mais d’une « préoccupation ». On ne peut évidemment la mesurer en termes d’horaires mais elle affleure dans les discours des femmes sous des formes diverses dont la plus courante est celle de la « préoccupation culinaire » : « Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? » Cette question est significative de la manière dont la préoccupation domestique occupe l’esprit des femmes sans faire travailler leurs mains et les poursuit hors de l’espace domestique, y compris dans leur travail professionnel. Car les contraintes, issues d’une part de la diététique moderne, qui impose la variété, d’autre part du mode de vie qui multiplie les repas à l’extérieur du foyer de ses membres, font de la réponse à cette question un véritable casse-tête, quotidiennement renouvelé…

La préoccupation domestique, c’est aussi la nécessité pour les femmes d’« être organisées », c’est-à-dire de maîtriser le temps par la planification des tâches. Enfin, ajoutons à tout cela que les femmes elles-mêmes s’ingénient à cacher leur propre travail domestique : beaucoup l’exécutent de préférence hors de la présence de leur mari et des enfants, comme s’il fallait, comme dit l’une d’elles « que personne s’en aperçoive », pour faire croire en quelque sorte que la propreté et l’ordre, tout comme la qualité des repas ne sont pas le résultat d’un travail.

Le troisième mécanisme, que j’appelle l’élasticité du travail domestique, repose sur le caractère « multitâches » du travail domestique : toutes les tâches n’ont pas, aux yeux des femmes, le même caractère de nécessité. Elles distinguent ainsi des tâches « facultatives » qui seraient « choisies », des tâches « obligatoires » mais « aménageables » et enfin des tâches « obligatoirement choisies », celles concernant les enfants. Les premières sont des tâches d’« autoproduction » (par exemple fabriquer des conserves ou encore des vêtements). Elles sont perçues comme facultatives dans la mesure où la production marchande offre des substituts reconnus à ces tâches. Mais, il faut le noter, ce caractère facultatif s’efface, les tâches redeviennent obligatoires dès que les femmes disposent de temps, parce qu’elles sont « au foyer » ou même simplement en congé.

Les tâches aménageables correspondent surtout aux tâches d’entretien, qu’il s’agisse de la maison ou du linge. Les femmes disent pouvoir fortement comprimer le temps qu’elles y passent, et même parfois les supprimer quand elles « n’ont pas le temps ». Mais là encore, elle se sentent « obligées » de les exécuter dès qu’une parcelle de temps libre se dégage. Enfin, il semble impensable de ne pas « choisir » les tâches concernant les enfants, le plaisir intrinsèque à ces tâches en paraissant même une composante obligatoire. Le caractère contraignant du travail domestique est ainsi euphémisé par la mise au premier plan de la notion de « choix » : si les tâches sont « choisies » c’est parce qu’on aime les effectuer… et dans ce cas, il devient illégitime de parler de… travail !

Et c’est ainsi, à mon sens, la principale manière dont ce travail est dévalorisé : il est indicible comme « travail » ; on ne peut pas le nommer comme tel.

D’abord parce que cela reviendrait à dénaturer certaines tâches, à en trahir le sens : par de nombreux aspects, le travail domestique des femmes est en effet le support d’activités gratifiantes pour les membres du groupe familial. La cuisine par exemple, est aussi ce qui permet de recevoir, d’entretenir la sociabilité, qu’elle soit familiale, amicale ou de voisinage.

Faire surgir dans ce cadre la tâche culinaire comme labeur, en révéler la pénibilité éventuelle et le caractère contraignant aboutirait à détruire ces liens. Les femmes ne voient guère ce qu’elles auraient à y gagner. Les conséquences de ce non-dit sont pourtant fondamentales puisque cette impossibilité de nommer le travail domestique débouche sur son exclusion de tout calcul : le temps passé est systématiquement « oublié » par les femmes quand elles effectuent un calcul destiné à justifier l’exécution par elles-mêmes d’une tâche donnée à la place d’un achat possible à l’extérieur. Cet « oubli » fait alors apparaître le travail domestique des femmes comme « rentable » et renforce l’obligation de l’effectuer.

L’ensemble de ces processus de négation se traduit donc par la disparition comme telle du travail domestique. Invisible, facultatif, le travail domestique ne peut même pas être « dit » comme travail. Dévalorisation suprême : ce travail n’existe pas !

Quelles sont les conséquences pour les femmes de cette « disparition » ? En quoi la méconnaissance de la « valeur » du travail domestique est-elle si importante ? À mon sens, cette dévalorisation participe à l’établissement d’un rapport de domination entre les sexes. Car cette négation débouche sur un renforcement de l’assignation des femmes au domestique, sur leur « disponibilité permanente » selon l’expression de Danielle Chabaud et Dominique Fougeyrollas.

En effet, le processus qui dévalorise (à leurs propres yeux) ce que font les femmes, les amène, de façon très concrète, à accepter leur place subordonnée, comme « normale », « logique », pour tout dire « légitime »… Que ce soit dans le cadre domestique ou dans le cadre professionnel, les femmes sont conduites, par la dévalorisation du travail domestique, à entériner par leurs propres raisonnements, par leurs propres actions, le rapport inégalitaire dans lequel elles se trouvent et ainsi à le pérenniser. Cette dévalorisation est donc un temps essentiel du processus de domination puisqu’elles contribuent à le reproduire.

… qui rendent impossible le changement dans le monde domestique…

En effet, un changement est toujours « coûteux » quelle que soit sa forme concrète : partage des tâches au sein du couple, prise en charge socialisée, mécanisation des tâches. Sa mise en œuvre suppose la mise en évidence d’un « problème » à résoudre, d’un dysfonctionnement dans l’organisation domestique, ce que la dévalorisation du travail domestique empêche.

Dès lors que le travail domestique n’est pas un vrai travail puisqu’on « aime bien le faire », qu’il est facultatif, puisqu’on peut choisir de faire ou pas certaines tâches et… qu’on est seule à le voir, comment et pourquoi s’engager dans une lutte pour le partage des tâches avec le conjoint, qui ne peut que déboucher sur une situation conflictuelle ? La plupart des femmes interrogées à ce propos disent que leur mari est prêt à faire… ce qu’elles lui demanderaient, mais qu’elles ne lui demandent pas, persuadées au fond qu’il « a des choses plus importantes à faire » dans son travail professionnel ou à l’extérieur de la maison en général.

De la même manière, l’achat et surtout l’utilisation des appareils ménagers semblent toujours trop chers quand il s’agit d’économiser du temps de travail domestique. Même si un lave-vaisselle trône dans la cuisine, cela vaut-il le coup (le coût !) de l’utiliser pour une tâche aussi dérisoire, exécutée « en cinq minutes » et qu’il « faudrait être bien feignant » pour ne pas vouloir faire !

La même logique s’applique à l’éventualité d’une prise en charge socialisée des tâches. Si le travail domestique ne « vaut rien », aucune substitution marchande n’est possible. Quels que soient les gains de productivité qu’ils permettent, le blanchissage à l’extérieur, les repas au restaurant ou achetés chez un traiteur sont toujours trop chers, rapportés aux gestes domestiques de la femme. Paradoxalement, il n’y a guère que la « garde » des enfants qui échappe quelque peu à ce raisonnement, quand le travail professionnel des femmes rend impossible la « disponibilité permanente » qu’elle implique. Encore, cette substitution-là est-elle jaugée à l’aune du travail professionnel féminin : la rémunération de la nourrice ou le prix de la crèche étant systématiquement comparés au seul salaire féminin, comme si l’un était le prix… de l’autre.

En bref, si le travail domestique est si peu important, s’il n’a pas de valeur, il y aura toujours de « bonnes raisons » pour que les hommes ne participent pas, pour ne pas acheter telle ou telle machine, pour refuser une décharge de ce travail en général, pour ne rien changer donc et pérenniser l’assignation des femmes au domestique.

… et délégitiment les femmes dans le monde professionnel

Cette situation a aussi des répercussions dans le domaine professionnel : les hommes et les femmes s’y trouvent en effet en situations fort différentes. La prise en charge exclusive par les femmes des tâches domestiques et la libération conséquente des hommes de ces tâches a conduit à la constitution d’un monde professionnel dont les participants sont sensés pouvoir occuper tout leur temps au travail. Assignées prioritairement au domestique, les femmes ne peuvent satisfaire à cette norme masculine de disponibilité totale pour les tâches professionnelles. Mais, par ailleurs, elles ne peuvent mettre en avant les contraintes domestiques qu’elles subissent du fait même de la dévalorisation de ce travail. Ainsi, les femmes semblent-elles condamnées, par la dévalorisation du travail domestique, à une infériorité des salaires, des qualifications et des postes hiérarchiques occupés.

Ceci me semble particulièrement visible dans les professions de cadres. Les études empiriques montrent que leur journée de travail déborde facilement sur la soirée. Mieux, c’est souvent une manière d’évaluer le travail des cadres que de constater leur présence dans l’entreprise après 18 heures le soir. Les femmes cadres ont donc beaucoup de peine à satisfaire aux exigences de cette « culture professionnelle », même si elles font le même travail que leurs collègues hommes en emportant des dossiers chez elles.

Lorsque les femmes, malgré tout, réclament et obtiennent des « aménagements » des situations de travail leur permettant de satisfaire parallèlement aux contraintes domestiques, ceux-ci sont considérés comme nécessités par des « spécificités » féminines n’ayant aucune légitimité dans le cadre professionnel (le travail domestique étant sans valeur). Le temps partiel, par exemple, ou les horaires aménagés deviennent alors des modalités « féminines » d’emploi. Elles sont réservées à des postes dévalorisés par le fait d’être occupés par des personnes dont la légitimité dans le monde professionnel n’est pas assurée et dont la temporalité est déterminée ailleurs que dans cet espace. Ces postes fonctionnent alors comme des machines à exclure, toute fonction de pouvoir étant écartée par définition. Toutes les « avancées » dont les femmes ont pu ou pourraient bénéficier se retournent donc contre elles, qu’il s’agisse d’aménagement du temps de travail, de la législation protectrice et même, des congés maternité.

Cela débouche le plus souvent sur une auto dévaluation des femmes face aux postes « à responsabilité ». Elles se trouvent là encore devant un « choix » : satisfaire aux normes masculines en faisant abstraction du domestique, ou bien s’autoexclure par manque de disponibilité de ces fonctions construites sur un mode masculin. La domination masculine dans le monde professionnel repose ainsi sur l’occultation du mode de constitution de la force de travail masculine, libérée des contraintes temporelles… par le travail domestique de leur compagne. Les hommes peuvent alors comparer à leur avantage, et en toute bonne foi, leur investissement dans le monde professionnel et dans l’espace public à celui des femmes.

Il faut enfin remarquer comment de nombreuses professions « féminisées » (au sens de principalement exercées par des femmes et aussi au sens de l’image, construite au féminin, de ces professions) sont bâties sur les fonctions de soin, d’attention aux autres, fondatrices du rôle maternel dans la famille et transposées du cadre domestique à un cadre salarié. Il faudrait alors s’interroger sur les processus de dévalorisation que connaissent la plupart du temps ces professions. Ne s’agit-il pas là encore d’un effet de la dévalorisation du travail domestique, les compétences mises en œuvre par les femmes dans le cadre professionnel étant alors systématiquement rabaissées au rang de « qualités féminines », rendant impossible la reconnaissance d’une « qualification » ?

La dévalorisation du travail domestique, impulsée par des logiques propres au rapport social domestique, porte ainsi ses conséquences jusque dans la sphère du travail professionnel en y construisant, pour les femmes, les conditions d’une exploitation renforcée par des mécanismes sexués de domination. Il est donc nécessaire d’analyser conjointement travail domestique et travail professionnel, dans la perspective d’une division sexuelle globale du travail, afin de mettre en évidence les enjeux des transformations de l’organisation du travail salarié (qui affectent hommes et femmes différemment), mais aussi ceux des politiques familiales, sociales, fiscales qui, à travers l’assignation des femmes au travail domestique, affectent aussi leur rapport à l’emploi.

Annie Dussuet1

Texte présenté en 1999

La CGT, F.S.U, Union syndicale Solidaires

Coordination : Évelyne Bechtold-Rognon, Nina Charlier, Annick Coupé, Élodie De Coster, Sigrid Gérardin, Cécile Gondard-Lalanne, Clémence Helfer :Toutes à y gagner. Vingt ans de féminisme intersyndical

Editions Syllepse,

https://www.syllepse.net/lng_FR_srub_22_iprod_697-toutes-a-y-gagner.html

Paris 2017, 544 pages, 20 euros

Avant-propos et table des matières : avant-propos-et-table-des-matieres-de-louvrage-toutes-a-y-gagner-vingt-ans-de-feminisme-intersyndical/

Eléni Varikas : Flora Tristan et l’Union ouvrière : flora-tristan-et-lunion-ouvriere/

Nicole Mosconi : Rapport aux savoirs et égalité des sexes : rapport-aux-savoirs-et-egalite-des-sexes/

Note de lecture : dans-le-monde-du-travail-les-femmes-sont-tout-sauf-une-minorite/

1. Annie Dussuet est sociologue, membre du Centre nantais de sociologie de l’Université de Nantes et membre du laboratoire « Genre, travail et mobilités ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...