Édition du 22 mai 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les Métallos du Québec appuient leurs confrères de l'Idaho en grève depuis 6 mois - Des grévistes métallos américains de la mine Lucky Friday manifestent en Abitibi

VAL-D’OR et LA SARRE, QC, le 23 août 2017 - Une délégation de mineurs métallos américains de la mine Lucky Friday en Abitibi manifeste aujourd’hui en Abitibi devant les bureaux administratifs de la compagnie Hecla aux côtés de métallos de la région qui les appuient. Des grévistes de la CEZinc à Salaberry-de-Valleyfield (section locale 6486 des Métallos), qui en sont à leur 7e mois de piquetage pour résister à des demandes de concession de leur employeur, ont aussi fait la route pour manifester avec leurs confrères américains. En après-midi, les grévistes iront rencontrer des travailleurs de la mine Casa Berardi, une des vaches à lait de leur employeur Hecla Mining, tout juste avant que ces derniers montent dans les autobus les menant à la mine.

En grève depuis 6 mois, les 250 membres des United Steelworkers de l’Idaho revendiquent simplement un contrat de travail équitable, sans recul et des mesures simples pour assurer leur santé et sécurité sous terre. « Nous sommes heureux de vous accueillir et de vous soutenir dans votre lutte. Lorsqu’on est en conflit, c’est la solidarité qui fait toute la différence. Vous vous battez, entre autres, pour assurer la sécurité des mineurs sous terre. C’est un enjeu qui nous touche beaucoup, dans une région minière comme l’Abitibi, qui connaît son lot de drames sous terre. Votre combat est aussi notre combat. Comme vous dites en anglais : One day longer, one day stronger », explique le coordonnateur des Métallos pour la région Nord/Nord-Ouest, Donald Noël.

Parmi les enjeux des négociations, les travailleurs réclament de pouvoir choisir eux-mêmes leurs partenaires sous terre, comme ils l’ont toujours fait. L’employeur voudrait pouvoir déterminer lui‑même les équipes. « C’est un enjeu important de santé et sécurité. Quand on est sous terre, dans une mine qui subit des secousses sismiques, c’est important de pouvoir compter sur quelqu’un qu’on connaît bien, en qui on a confiance, l’entreprise n’a pas à venir se mêler de ça ! », explique Rick Norman, de la section locale 5114 des Métallos. Les grévistes résistent aussi aux nombreuses demandes de concession de l’employeur. Soulignons que la compagnie est accusée de négociation de mauvaise foi [unfair labor practice] aux États-Unis.

Syndicat des Métallos (FTQ)

Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ, est le plus important syndicat du secteur privé au Québec. Il regroupe plus de 60 000 travailleurs et travailleuses de tous les secteurs économiques.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...