Édition du 4 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Libre-échange

Les Teamsters estiment que le nouvel ALENA offre peu de raisons de célébrer

Le Canada a fait peu de véritables gains dans le nouvel accord.

LAVAL, QC, le 30 nov. 2018 - La signature du nouvel ALENA offre aux membres du syndicat des Teamsters peu de raisons de célébrer. Les barrières tarifaires américaines sur l’acier et l’aluminium continuent de faire mal à des centaines de syndiqués. De plus, les travailleuses et travailleurs de l’industrie laitière vivent toujours dans l’incertitude puisque les compensations financières prévues pour d’éventuelles pertes d’emplois sont en train d’être négociées en secret entre le gouvernement fédéral et les grandes entreprises.

« Les gains réalisés par le Canada, comme l’élimination de l’ancien Chapitre 11 et un nouveau chapitre sur les droits des travailleurs, n’affecteront pas le quotidien de nos membres dans l’immédiat, a dit le président de Teamsters Canada, François Laporte. Les tarifs américains continuent de nous coûter des emplois, et on ne sait toujours pas à quoi ressembleront les compensations versées aux travailleurs de l’industrie laiterie. Pour des raisons inconnues, Ottawa a choisi de ne pas nous consulter sur cet enjeu. »

Teamsters Canada représente environ 1 500 membres qui fabriquent des produits en acier ou en aluminium, et environ 5000 membres dans l’industrie laitière.

Peu de véritables gains

En théorie, le nouveau chapitre sur les droits des travailleurs est supérieur à celui présent dans le Partenariat transpacifique et à l’ancienne version de l’ALÉNA. Reste à voir s’il sera réellement applicable et s’il pourra dissuader les investissements dans des pays qui ont de la main-d’œuvre bon marché.

L’élimination de l’ancien Chapitre 11 et son mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États sont également de bonnes nouvelles pour le Canada. Sous ce mécanisme, le Canada était devenu la nation la plus poursuivie dans l’ALÉNA à cause, notamment, de ses lois environnementales et de santé et sécurité plus sévères.

Ce n’est pas clair si les négociateurs canadiens ont pu faire d’autres véritables gains. En essayant de sauver les meubles, des compromis ont été faits sur un grand nombre d’enjeux, de l’industrie laitière aux médicaments sur ordonnance en passant par les vins de la Colombie-Britannique. Cela a été fait l’espoir de maintenir un accès stable au marché américain pour les travailleurs et les entreprises qui dépendent sur le commerce entre les deux pays.

« Le Canada a payé cher pour maintenir son accès au marché américain, sans pour autant régler la question des barrières tarifaires sur l’acier et l’aluminium. Cela ouvre la porte au président Trump qui pourra désormais imposer des tarifs sur à peu près tout ce qu’il veut, sous prétexte de la sécurité nationale . Je ne suis donc pas certain qu’on ait pu garantir autant d’accès au marché américain que l’on aurait pensé, » a conclu François Laporte.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Libre-échange

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...