Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les employé-es d'entretien de la STM vote à 98 % pour six jours de grève (CSN)

MONTRÉAL, le 18 févr. 2018 - Réunis en assemblée générale à Montréal, les membres du Syndicat du transport de Montréal-CSN de la STM ont voté à 98 % un mandat prévoyant des moyens de pression, incluant une banque de six jours de grève à exercer au moment jugé opportun. Bien qu’ils espèrent toujours en arriver à une entente négociée, les salarié-es jugent que les reculs demandés par l’employeur et le cadre législatif dans lequel se déroule ces négociations les obligent à se doter d’un tel mandat.

Au cours des derniers jours, la STM a fait connaître ses dernières demandes à la partie syndicale. La STM s’attaque aux différentes mesures de conciliation travail-famille acquises par le passé, notamment par des reculs sur les horaires variables et le cumul de temps et par la transformation de certains postes de jour en postes de soir et de nuit. Elle désire également imposer les heures supplémentaires obligatoires et privatiser certaines de ses activités. « Jamais dans l’histoire de notre syndicat l’employeur n’avait été aussi exigeant et agressif envers les acquis syndicaux », indique Gleason Frenette, président du syndicat.

Le syndicat rappelle que les salarié-es en sont réduits à voter la grève, non seulement en raison des demandes de reculs importants, mais aussi à cause du nouveau cadre législatif qui affecte les salarié-es municipaux et paramunicipaux. Les demandes de l’employeur ne font que s’ajouter aux nouvelles obligations qui touchent les salarié-es. Notons que les dispositions de la loi 15, qui s’appliquent maintenant, ont eu pour effet d’augmenter de façon substantielle leurs cotisations au régime de retraite. Tout cela dans un contexte où la loi 24 vient limiter le temps de négociation. « À un certain moment, il faut se rendre à l’évidence que nous n’avons pas le choix. Il faut se tenir debout et rester solidaires », clame Gleason Frenette.

Malgré ce vote, le syndicat insiste sur sa volonté d’en arriver à une entente négociée : « Nous ne sommes pas fermés, nous sommes prêts à travailler et à trouver les solutions qui s’imposent pour aboutir à une convention collective acceptable et respectueuse envers nos travailleurs et travailleuses », conclut le président du syndicat.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...