Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Entrevue avec Christine Delphy

Les féministes et le port du voile à l'école : entrevue avec Christine Delphy

Les féministes face au port du voile dans l’espace public. Interrogée par Manuel Cervera-Marzal dans l’émissionAux Sources, publiée sur notre site partenaire Hors-Série, Christine Delphy, qui a débattu récemment sur notre plateau des réunions non-mixtes avec Audrey Pulvar, revient sur les débats qui ont entouré le vote en 2014 de la loi contre le port du voile dans les lieux publics. "Les femmes, ça ne les aide pas d’être renvoyées des écoles. D’autant plus qu’on prétendait que c’était leur famille qui les forçait, qui les opprimait...".

tiré de hors-serie.net

L’occasion de voir l’intégralité de cette émission : "Antiraciste et antisexiste. Aux sources avec Christine Delphy"

En France, le féminisme mainstream refuse aux musulmanes ce qu’il accorde aux autres femmes : l’égalité de traitement. Ce féminisme réduit le voile à un symbole d’oppression et nie, ainsi, la parole des premières concernées tout en s’empêchant de prendre en compte les multiples significations que peut revêtir cet objet (solidarité avec le groupe opprimé, protestation face au racisme, refuge dans la spiritualité religieuse, simple goût vestimentaire, etc.). Surtout, dans l’hypothèse même où l’on considère les adolescentes voilées comme une minorité opprimée, cela devrait conduire à les accepter et à les comprendre, et non à les exclure des écoles pour les renvoyer dans leur famille déclarée oppressive.

C’est par cette entrée, il y a quelques années, que j’ai découvert Christine Delphy. Les textes limpides qu’elle a consacrés à l’instrumentalisation raciste de la laïcité m’ont permis de mieux comprendre ma propre position sur le sujet. Je me suis ensuite plongé dans le reste de son œuvre. Le patriarcat est un système autonome d’exploitation et non une simple conséquence du système capitaliste. Le mariage est un contrat de mariage qui permet au mari d’extorquer sa femme. Les hommes disposent d’un ensemble de privilèges matériels qui s’ajoutent aux préjugés sexistes, de sorte que se défaire de ces derniers reste amplement insuffisant. Les hommes qui désirent soutenir la lutte des femmes devraient commencer par respecter la volonté de non-mixité et d’auto-organisation féminine.

Ces thèses aident à appréhender la manière dont on peut combattre le sexisme mais aussi le racisme, puisque Christine Delphy ne dissocie jamais ces deux luttes. De même, elle ne dissocie pas ses recherches scientifiques de son activité militante car, pour elle, la subjectivité n’est nullement un obstacle à la production de connaissances. Au cours de l’entretien, nous avons également abordé les questions de l’intersectionnalité, de la blanchité et de la prostitution. Christine Delphy expose ses idées de façon vivante et percutante. Bon visionnage !
 
Manuel Cervera-Marzal 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...