Édition du 27 juin 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Les femmes luttent pour la terre mère

Notre terre est belle, elle est grande et remplie de richesses et de ressources naturelles. Mais les entreprises basées sur le profit et la consommation éhontée sont en train de piller, d’user, de creuser, de salir et de détruire notre terre mère. Violence et exploitation.

Comme la terre mère, les femmes vivent ces agressions.

Dans bien des pays, ce sont les entreprises minières et pétrolières, majoritairement canadiennes, qui entraînent l’arrivée massive de travailleurs . Pour les femmes, c’est vivre les ravages de l’alcool et de la prostitution. C’est aussi le surplus de tâches pour trouver d’autres eaux potables, d’autres terres non contaminées.

C’est, dans d’autres pays, fuir la militarisation suite à des conflits territoriaux ou des prises de territoires par des entreprises pour éviter les agressions, les viols, l’esclavage et les meurtres.

Ce sont, ailleurs, les industries des semences OGM qui détruisent les modes de vie traditionnel dont les femmes sont les porteuses et qui les appauvrissent puisque ce sont elles qui majoritairement cultivent la terre.

Ce sont, partout dans le monde, les industries cosmétiques et pharmaceutiques qui utilisent chimie, énergie fossile et gaspillage plastique et qui prennent le corps des femmes comme cobayes et objet.

La surexploitation de notre planète est un enjeu sociale mais aussi féministe.

Au Québec, les femmes autochtones ont vécu les méfaits d’arrivées massives d’homme venus travailler. Le Plan Nord est encore une perspective économique pour le gouvernement Couillard.

En Abitibi, les femmes de mineurs vivent le fly in fly out. Cet horaire de travail ne permet pas la conciliation famille travail. Les femmes assument la plupart du temps la responsabilité des enfants et du ménage.

Les expulsions de territoires pour les industries extractives font aussi partie du paysage québécois. Malartic en est un exemple et les claims, options des industries minières et pétrolièeres sur le sous sol qui couvrent tout le territoire québécois, en est un autre.

Le pipeline Énergie Est qui va courir sur les terres agricoles et sous le fleuve est aussi une agression des industries pétrolières.

Mais la résistance est là.

Les femmes d’ailleurs font grève contre les violences qu’elles subissent. Elles résistent, prennent leur place et luttent pour garder la terre mère saine

Les femmes québécoises et autochtones aussi se mobilisent et ne vont pas accepter de voir leur territoire pollué et saccagé. Elles militent dans les groupes écologistes. : Vigilence Hydrogarbure Québec, les groupes Stop Oléoduc. Elles sont nombreuses et déterminées.
Ici et ailleurs, les femmes luttent.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...