Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Les gazières exaspérées devant l’ambivalence du gouvernement

Le gouvernement libéral a ouvert la porte aux compagnies, mais les retient dans le cadre de la porte ! Le gouvernement prétend écouter les citoyen-ne-s, mais garde les permis d’exploration actifs et passe une loi, sous bâillon en plus, qui permet aux gazières de forer partout.

Ce gouvernement, qui veut ménager la chèvre et le chou, donne comme seule raison de ne pas commencer les forages le manque d’acceptabilité sociale, mais ne formule jamais les raisons majeures et légitimes qui motivent cette non-acceptabilité sociale, soit les dangers très bien documentés scientifiquement sur la santé et la destruction irréversible de l’environnement.

À la veille des élections, voilà que le gouvernement libéral flatte les citoyen-ne-s en publiant un règlement qui interdit la fracturation dans la Vallée du Saint-Laurent, là où il y a le plus d’électeurtrice-s potentiels. Drôle de coïncidence !

Mais la loi 106 qui autorise la fracturation partout au Québec est toujours valide, et les règlements qui l’habilitent peuvent se modifier très facilement. Qu’en sera-t-il après les élections si un parti pro-gaz est élu ?

De nos jours, avec tout ce qu’on connait scientifiquement sur les risques associés à l’exploitation des gaz de schiste, il est irresponsable et même criminel de permettre un tel développement qui condamnera à la maladie et à la pauvreté nos enfants et petits-enfants.

Aujourd’hui, les petites gazières québécoises ont été achetées par des géants albertains et étrangers. Ces énormes compagnies veulent forer le Québec tout entier parce que le gouvernement leur donne encore espoir qu’ils pourront le faire sous peu. Il s’agit juste de trouver comment manipuler l’opinion publique ou nos élu-e-s municipaux-ales par des sondages truqués ou des promesses de grasses redevances aux municipalités, afin de créer une fausse acceptabilité sociale, et le tour sera joué ! Le gouvernement est complice de ce stratagème en faisant fi des risques majeurs pour notre santé, l’environnement et notre économie actuelle.

Ne vous y trompez pas ! Tout est en place pour se faire envahir par l’industrie. Si le rempart citoyen tombe, adieu notre belle province, nos beaux paysages, notre eau pure et abondante.

Ces grosses compagnies étrangères, qui possèdent maintenant des droits d’exploitation au Québec et bénéficient d’une loi en leur faveur (la loi 106), se moquent totalement des Québécois et Québécoises. Seuls les profits comptent. Elles en ont ras le bol de l’ambivalence du gouvernement qui ne dit jamais complètement oui ni complètement non, ni aux citoyen-ne-s, ni aux gazières. Il fallait donc s’attendre à ce que celles-ci poursuivent l’État.

Avons-nous un vrai gouvernement au service du peuple ? Avec toutes les études scientifiques qui prouvent que l’industrie nous a menés en bateau en nous faisant croire qu’il n’y a pas de risque pour notre santé, notre qualité de vie et notre eau potable, alors que dans les faits c’est plutôt l’inverse, ne serait-ce pas au peuple québécois, par l’entremise d’un gouvernement responsable, de poursuivre les gazières pour publicité mensongère ?

Il faut que ce dossier soit un enjeu électoral prioritaire !
Ça a assez duré !

Serge Fortier
Sainte-Marie-de-Blandford
22 août 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...