Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Les inondations affectent plus de 40 millions de personnes en Asie

Plus d’un millier de personnes ont trouvé la mort dans les intempéries qui frappent l’Asie du Sud-Est et près de 41 millions ont été affectées au Népal, en Inde et au Bangladesh, dont un tiers de la surface a été inondé.

Carte réalisée par l’ONU le 1er septembre 2017.

31 août 2017 | tiré de Mediapart.fr

Le bilan dressé par les Nations unies a de quoi impressionner : près de 41 millions de personnes ont déjà été victimes des inondations liées aux pluies exceptionnelles de la mousson dans seulement trois pays, l’Inde, le Népal et le Bangladesh, selon un décompte arrêté au 24 août.

Jour après jour, le bilan s’aggrave en Inde. Ce jeudi 31 août, 33 personnes ont péri dans l’effondrement d’un immeuble à Bombay, selon le dernier bilan du Times of India.

Alors que le soleil est revenu sur la ville (lire le billet de Guillaume Delacroix), le bâtiment de six étages pourrait, selon la police, avoir été fragilisé par les eaux de la mousson. Il se trouvait dans un quartier où les habitations, parfois vieilles de près d’un siècle, sont très proches les unes des autres, et avait été déclaré insalubre en 2011 par les services de logement de la municipalité.


Les secours cherchent des survivants après l’effondrement d’un immeuble, jeudi 31 août, à Bombay © Reuters

Six autres personnes, dont deux enfants, ont trouvé la mort dans les pluies torrentielles qui se sont abattues au début de la semaine sur Bombay et ses environs, qui abritent 20 millions d’habitants. Une femme de 45 ans et un enfant d’un an et demi, membres de la même famille, ont péri après que leur maison s’est effondrée mardi soir, alors qu’une fillette de deux ans est morte en raison de l’écroulement d’un mur. Dans la ville voisine de Thane, trois personnes sont mortes après avoir été emportées par les inondations, a ajouté la police.

Le mois dernier, 17 personnes étaient mortes dans l’effondrement d’un immeuble de quatre étages, dans la banlieue est de la capitale financière de l’Inde.

Dans l’Uttar Pradesh, cinq personnes sont décédées dimanche, ce qui a porté le bilan à 101 morts dans cet État du nord du pays. Toutefois, le nombre de districts touchés par les inondations est passé de 24 à 14. Actuellement, 3 128 villages sont touchés par les inondations et 2 061 villages isolés. En Assam, 157 personnes ont trouvé la mort depuis le début de la vague d’intempéries. Selon un rapport du collectif d’ONG Sphere India, 253 personnes ont péri dans l’État du Bihar, tandis que plus de 720 000 personnes ont été déplacées.

Au total, 30 millions de personnes avaient été affectées par les inondations en Inde à la date du 1er septembre, selon l’ONU, dans les États d’Assam, du Bihar, dans l’Uttar Pradesh et dans le Bengale occidental. 943 ont trouvé la mort.

Malgré ces fortes pluies, « le mois d’août s’achèvera probablement avec un déficit de 10 % ou plus à l’échelle du pays, en raison d’une pause prolongée dans la mousson pendant les trois premières semaines », constate le Times of India.

Au Pakistan voisin, qui s’attend à une dégradation de la situation météo dans les jours à venir, les intempéries ont causé la mort de 136 personnes entre le 26 juin et le 30 août.


Une femme à la recherche d’eau potable, à Bogra, au Bangladesh, le 20 août 2017 © Reuters

Ce sont les pires pluies en 40 ans : depuis le 11 août, plus d’un tiers du Bangladesh a été frappé par des inondations et huit millions de personnes affectées au nord, au nord-est et dans le centre du pays, en raison du débordement du Brahmapoutre.

Près de 700 000 maisons ont été détruites ou endommagées et 106 000 personnes accueillies dans 335 centres d’urgence. À la date du 1er septembre, 144 décès avaient été comptabilisés. 13 035 cas de maladies liées à la qualité des eaux (maladies de peau, diarrhées, infections respiratoires et oculaires) ont été signalés.

Les eaux se déplacent du nord au sud, vers le golfe du Bengale, et la partie inférieure de la capitale, Dhaka, pourrait être inondée dans les prochains jours.


Une école inondée au Népal, le 14 août © Reuters.

Selon l’ONU, 1,7 million de personnes ont été touchées par les intempéries au Népal, les pires depuis 15 ans. Depuis la fin du mois de juillet, le pays a connu une mousson exceptionnelle. La situation a empiré mi-août, avec des pluies torrentielles à partir du vendredi 11. Trente-cinq des 75 districts du Népal, qui peine toujours à se remettre du tremblement de terre de 2015 mais aussi des inondations survenues en 2014, ont été impactés à grande échelle.

Plus de 460 000 personnes ont été déplacées et 159 morts officiellement comptabilisés au 1er septembre. Si la majorité des personnes déplacées ont pu regagner leurs habitations, il reste encore 21 000 familles hors de chez elles. Les inondations et glissements de terrain ont détruit 43 433 habitations, selon le ministère de l’intérieur, et endommagé près de 192 000 autres. Les récoltes sont également menacées au sud du pays. Des dizaines de millions de dollars de récoltes ont été perdus, affirme l’association Oxfam, et près de 70 000 têtes de bétail ont péri.

Selon le Katmandu Post, de nombreuses personnes souffrent d’infections, diarrhées et autres maladies virales dans les zones touchées par les inondations.

Au début du mois d’août, des inondations au Vietnam avaient fait plusieurs dizaines de morts et détruit des centaines d’habitations. Inondations, glissements de terrain et coulées de boue ont affecté quatre provinces du nord du pays, coupant des routes, mettant à mal les réseaux d’eau potable et nuisant à la production agricole (riz et fruits notamment).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...