Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Les membres d'Unifor rejettent une offre finale de CMC Électronique qui tente d'imposer un régime de retraite à deux vitesses

MONTRÉAL, le 16 mai 2018 - C’est dans une proportion de 90 % pour les salariés de la production et de 82,5 % pour ceux des bureaux que l’offre finale de CMC Électronique a été rejetée par les membres de la section locale 2889 du syndicat Unifor alors que leur employeur tente d’imposer un régime de retraite à deux vitesses.

« Nous nous réjouissons de cette décision de nos membres qui ont suivi notre recommandation de rejet. C’est inacceptable qu’une entreprise comme CMC Électronique veule faire aujourd’hui ce qui sera illégal demain. Depuis le temps que nous dénonçons les agissements des employeurs qui ont tenté d’imposer des régimes de retraite moins avantageux pour les nouveaux employés, ce n’est certainement pas à la veille de l’adoption d’une loi qui l’interdira que nous plierons », a commenté Éric Titley, représentant national d’Unifor.

Le cœur du litige dans cette négociation porte sur la volonté de l’employeur d’imposer un régime de retraite à cotisation déterminée aux nouveaux employés alors que les actuels salariés conserveraient le régime de retraite à prestation déterminée existant. Déjà, les membres se sont prononcés lors d’une assemblée syndicale à la fin d’avril en faveur d’un fort mandat de grève. L’employeur a malgré tout maintenu sa position alors qu’il a présenté une offre finale lundi dernier en ce sens. Dès mardi matin, le syndicat a demandé la conciliation.

Rappelons qu’un projet de loi sur les normes du travail déposé par le gouvernement du Québec en mars dernier prévoit l’interdiction d’implanter un régime de retraite distinct selon la date d’embauche. Cette modification qui vise à inclure dans l’interdiction de clauses de disparité de traitement, les régimes de retraite et d’assurances était d’ailleurs demandée par l’ensemble du mouvement syndical depuis longtemps. De trop nombreux conflits de travail ont été faits uniquement sur ce motif. « Et voilà que CMC Électronique veut implanter un régime de retraite moins avantageux pour les nouveaux salariés pendant que la loi le lui permet encore, c’est déplorable », a commenté Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor. Car il faut le mentionner, le projet de loi ne s’appliquera que pour l’avenir et n’obligera pas les employeurs qui ont actuellement deux régimes de retraite à corriger la situation. Situation que le mouvement syndical a aussi dénoncée.

Le syndicat Unifor représente 205 membres dans l’unité des bureaux et 239 membres du côté de la production chez CMC Électronique.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...