Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Liberté d'expression et remise à l'affiche de Kanata à Paris

Nous venons d’apprendre la remise à l’affiche de Kanata à Paris. Il importe de revenir sur les événements de cet été pour prendre de la perspective face à cet événement pour en mesure l’impact.

Nous devons d’abord rappeler que cet été, nous avons, avant tout, vécu une CRISE SOCIALE autour des pièces de Robert Lepage, SLAV et KANATA. Ces « gouttes » ont fait déborder le vase d’une situation où sur le plan social, y compris sur la scène artistique, autant les Noirs que les Nations autochtones sont encore par trop invisibles sous le coup de la force de l’histoire qui sursaute et se reproduit encore pour eux et elles, et pour CAUSE. Oui, des gouttes qui font déborder le vase.

Comme dans toutes crises sociales, il y a eu toutes sortes de harangues et toutes sortes de vision qui se sont exprimées de tous les côtés du débat qui s’en est suivi, un grand spectre où la confusion, par grands moments, dominait et domine sans doute encore. Il y a eu des insultes et des dérapages au cours de ces moments de confusion. Mais il y a eu des critiques intéressantes qui nous ont obligés à nous interroger.

Je suis de ceux et celles qui ne comprenaient pas du tout, mais pas du tout pourquoi où les Noirs ou les Autochtones ont été absents, en 2018, des processus de création jusqu’à sur la scène de ces oeuvres qui portaient sur l’histoire des Noirs et sur celles des Nations autochtones. Et je ne comprends pas toujours pas. Je me suis prononcé contre la censure de fait dont les responsables étaient des diffuseurs et des producteurs, comme la grande majorité l’a fait. Je n’ai pas fait d’attaques personnelles à l’endroit de monsieur Lepage comme la très grande majorité. La vie publique a toujours ses dérapages (c’en est une composante) et il faut toujours ramener le débat à ces véritables enjeux comme lors de tout débat social et politique. Tout un chacun est responsable de ses paroles et de ses gestes.

Je crois néanmoins que cette crise sociale constituera un avant et un après. Je crois que les Noirs et les minorités visibles, je crois que les Nations autochtones, par leurs artistes, prendront elles-mêmes de plus en plus la parole et ça me réjouit. L’Histoire qui avance modifiera ainsi les regards et les paroles, y compris celui des artistes lorsqu’ils parlent d’autres personnes que d’eux-mêmes ou d’autres groupes ou nations que la leur. Ce ne sera pas de l’autocensure ou de la censure, ce sera parce que leur vision du monde aura changé.


Pour Kanata, nous verrons. La vie continue. Je m’interroge seulement sur son nouveau titre : « Kanata - Épisode I - La Controverse. » Un coup marketing ? Autre chose ? La vie continue. Nous attendrons. Nous verrons. On se souhaite la liberté d’expression pour toutes les parties, dont la nôtre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...