Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Lumière médiatique

Intervieweur
— Monsieur le militant du droit au logement, vous venez de publier un livre sur les luttes liées à cette question, condamnez-vous les gestes violents des anarchistes qui contestent l’embourgeoisement des quartiers ?

Interviewé
— Est-ce qu’on pourrait parler de mon livre plutôt que de parler des gestes que d’autres personnes posent ? Voulez-vous aussi que je condamne les gens qui passent tout droit aux feux rouges, qui battent leurs conjointes ou conjoints, qui prennent le volant en état d’ébriété, qui frappent les manifestants sans raison, la liste peut être longue.

Intervieweur
— Mais, vous avez déjà été candidat d’un parti politique dans votre quartier. Pourquoi vous n’avez pas été élu autrefois alors que quelqu’un d’autre l’est aujourd’hui ?

Interviewé
— Le temps a fait son œuvre. Les gens ont eu la chance de mûrir sur nos positions.

Intervieweur
— Mais, non, vous avez eu plus de temps que le candidat actuel. Il s’est présenté une seule fois. Vous trois.

Interviewé
— C’est justement ce que je viens de dire, le temps depuis a permis la maturation des esprits. Mais est-ce qu’on pourrait parler de mon livre et des luttes pour le logement ?

Intervieweur
— Eh bien, c’est tout le temps que nous avions. Merci, Monsieur, de votre passage à notre émission.

**********

Intervieweur
— Madame la chanteuse vétérane, vous venez de lancer un trentième disque, que pensez-vous du jeune excentrique qui s’est dévergondé sur la scène ?

Interviewée
— Je ne connais pas cette personne et je n’ai pas vu ce qui s’est passé. Je pourrais difficilement me prononcer. Vous savez, ce serait prétentieux de juger sans connaître, d’autant que nous avons tous été jeunes et que nous avons eu à notre époque nos détracteurs.

Intervieweur
— Vous approuvez donc ces gestes déplacés ?

Interviewée
— Je ne sais pas si ces gestes sont déplacés. Je ne les ai pas vus et je n’ai pas analysé le contexte.

Intervieweur
— Mais si on vous dit que ce sont des gestes déplacés ?

Interviewée
— Si vous le dites, c’est votre avis. Mais pourrait-on parler de mon disque ?

Intervieweur
— Eh bien, c’est tout le temps que nous avions. Merci, Madame, d’être passée à notre émission.

**********

Intervieweur
— Madame la chanteuse nouvelle, vous avez reçu beaucoup de prix, mais il y a quelqu’un d’autre qui fait parler de lui beaucoup plus et certains s’en plaignent, qu’en pensez-vous ?

Interviewée
— Mais le problème est peut-être dans le fait de poser ce genre de questions. Pourquoi chercher à opposer les différentes personnes qui chantent ? Posez-moi des questions sur ma musique, comme ça on s’intéressera à ce qui compte vraiment.

Intervieweur
— Mais que pensez-vous de ces personnes qui se plaignent des résultats des prix et des personnes dont on parle beaucoup ?

Interviewée
— Je viens de vous dire que c’est ce genre de questions qui crée inutilement des divisions entre les personnes qui font de la musique. Pourrait-on parler de mon travail et quand vous inviterez ces autres personnes, vous les ferez aussi parler de leur travail.

Intervieweur
— Eh bien, c’est tout le temps que nous avions. Merci, Madame, d’être passée à notre émission.

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...