Édition du 20 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

MAUVAISE FOI Essai sur la religion du progrès Gilles McMillan

Montréal, octobre 2018 – Ce livre propose une réflexion sur le progrès technique et culturel. Ce qu’on appelle aussi l’évolution des mœurs accompagne en fait le progrès technique comme son ombre, contribuant à ériger, au cœur même du discours sur le progrès, un sentiment de fatalité, comme si les choses ne pouvaient pas aller autrement. Critiquer cette religion devient du coup une faute antiprogressiste, un péché qui peut mener à l’exclusion. Toute nouvelle avancée technique et sociale apparaît ainsi comme une victoire contre les limites, assimilées, sur le versant social du progrès, à autant de tabous à abattre. La liberté devient une affaire strictement individuelle, que nul jugement politique, démocratique, ne saurait légitimement restreindre.

À travers l’analyse de romans, films, essais et l’examen de diverses manifestations culturelles contemporaines, Gilles McMillan montre que l’opposition classique entre progressistes et conservateurs, entre la « gauche » et la « droite », devient elle-même dépassée, les uns et les autres ayant massivement adhéré à la religion du progrès. Fortement inspiré par l’œuvre de Réjean Ducharme, il affiche ouvertement sa mauvaise foi à l’égard de la religion du progrès et clôt son livre sur une phrase de Johnny, le narrateur de Gros mots : « c’est comme ça, on est sauvés si on a la mauvaise foi… »
Gilles McMillan a publié La contamination des mots, chez Lux Éditeur, en 2014, et de nombreux articles dans diverses revues (dont Contre-Jour, Hors Champs, L’Inconvénient et Liberté). Il a également fait paraître de nombreux textes polémiques dans les sections « Opinions » et « Idées » du quotidien Le Devoir.

La religion du progrès sacralise donc l’absence de limite, sa transgression, sur les plans scientifique, technique et culturel. S’il est vrai que la limite, l’autolimitation, est le sens même de la liberté, pour les individus comme pour les collectivités, il faut bien reconnaître que notre monde est absolument aliéné. L’absence de limite est même suicidaire : si vous ne savez pas où mettre la limiter, quand lever le pied, vous vous exposez à de graves accidents. À l’échelle de la collectivité, c’est le jugement politique qui est en cause, puisque la limite est toujours arbitraire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...