Édition du 27 juin 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Immigration

Marcia recevra enfin l'aide de l'Association des aveugles de Montréal malgré son statut d'immigration

Montréal, le 2 juin 2017 - Marcia*, une femme aveugle et sans papiers, a appris hier qu’elle recevrait enfin l’aide de l’Association des aveugles de Montréal. Marcia essaie d’accéder aux services essentiels de réadaptation dont elle a besoin depuis qu’elle a perdu la vue en décembre 2015. L’accès à ces services lui a été refusé à plusieurs reprises en raison de son statut d’immigration. Elle a tenu une conférence de presse la semaine dernière avec le soutien de plusieurs organisations communautaires.

"Je me sens heureuse. Ce sont des services dont j’ai vraiment besoin pour fonctionner : perdre la vue est encore très nouveau et effrayant. Je ne sais pas comment faire grand chose, toute ma vie j’ai eu mes yeux pour m’aider. À l’heure actuelle, je ne survivrais qu’à peine ; Dans mon appartement, je peux fonctionner un peu car c’est un petit espace, mais en dehors de mon appartement, je ne peux pas me débrouiller du tout, sans quelqu’un est à mes côtés. J’ai vraiment besoin de formation. Mais il n’était pas bon qu’ils prennent autant de temps à répondre. Et ils n’auraient pas répondu, ils n’étaient pas prêt à m’aider jusqu’à ce que mon statut d’immigration soit régularisé. Ce n’était pas très cool. J’espère que cela aidera à ouvrir des portes à d’autres aussi ", déclare Marcia, membre active du Collectif des Femmes sans statut de Montréal. Marcia vit à Montréal depuis 35 ans où elle a travaillé comme nounou, aide-soignante pour les personnes âgées et femme de ménage.

Dans une brève lettre reçue hier, Marcia a été informé : « Nous souhaitons vous informer de la recevabilité de votre personne... Nous vous informons que le début probable des services au Centre de réadaptation MAB-Mackay sera en juillet 2017. " La lettre revient sur une lettre de décembre 2016 indiquant que : « ... Les services de réadaptation ne peuvent pas être offerts tant que vous n’avez pas un statut valide. Conséquemment, nous souhaitons vous informer que votre demande d’accès aux services du MAB-Mackay a été refusée (…) »

Après que Montréal ait adopté une motion désignant Montréal comme « ville sanctuaire » en février 2017, soixante travailleurs de la santé et des organismes communautaires ont co-signé une lettre adressée à MAB MacKay, insistant sur le fait que Marcia doit recevoir des services. MAB MacKay a de nouveau refusé. Une pétition a été lancée et a rapidement gagné le soutien de centaines d’organisations et d’individus. Le 24 mai, Marcia a tenu une conférence de presse pour exhorter l’organisation à adopter une politique d’accès pour les résident.e.s montréalais.es sans papiers.

« L’expérience de Marcia est semblable à celle de beaucoup de travailleurs et travailleuses migrant.e.s sans papiers. En travaillant dans des conditions d’exploitation extrêmes, elles ne peuvent pas accéder aux soins de santé, à l’éducation, à un logement adéquat… elles vivent dans la pauvreté, la précarité et la peur constante, tout en subventionnant le style de vie des riches », ajoute Viviana Medina, organisatrice communautaire au Centre des travailleurs migrants.

Marcia n’arrêtera pas sa campagne. Elle demande l’accès au service de transport adapté de STM. "Le transport public est très important pour moi, parce que je ne peux pas me payer un taxi et que quelqu’un doit aller avec moi à chaque fois. À l’heure actuelle, je dépends de mon groupe de soutien, cela enlèverait du stress. Je veux être traitée comme tout le monde, et je le devrais. J’ai donné tellement et j’ai fini par ne rien obtenir. Si j’avais ... peut-être que mes yeux auraient pu être sauvés. J’ai vécu trop longtemps dans la peur et je le vis encore. Mais si Denis Coderre dit que Montréal est une ville sanctuaire, il devrait s’assurer que c’est le cas. Les gens ne vont pas oublier, ils vont lutter pour qu’elle le devienne !", a-t-elle ajouté.

« Si les groupes des sans-papiers doivent continuer à se battre même pour les services les plus essentiels et si la police de Montréal continue de collaborer avec l’Agence des services frontaliers du Canada, comment Coderre peut-il qualifier Montréal de ville sanctuaire ? Nous exigeons que Coderre mette en œuvre des mesures qui changeront réellement la vie des personnes sans-statuts vivant à Montréal", déclare Rosalind Wong, organisatrice communautaire avec Solidarité sans frontières.

Source : Les ami-e-s de Marcia (Solidarité sans frontières)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Immigration

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...