Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Mobilité et jeunesse : Régis s'en crisse

Le 26 septembre, Impact Campus publiait un texte portant sur les promesses électorales de Régis Labeaume pour les élections municipales à venir. On y apprenait que l’Équipe Labeaume était désormais supposément progressiste et trippait solide sur les jeunes et sur les réseaux de transport, à grand renfort de citations d’Alicia Despins, ancienne d’Alternative Québec et de Démocratie Québec devenue candidate pour Labeaume.

Avec l’aimable permission de l’auteur

La réalité, c’est que l’Équipe Labeaume, n’en a jamais eu rien à foutre du transport en commun et des jeunes. À moins, peut-être, qu’augmenter continuellement le prix des billets soit une nouvelle stratégie pour favoriser l’usage de l’autobus… (on parle d’augmentations annuelles plus élevées que l’inflation) Surement que l’élargissement des autoroutes, une absurdité contestée par la CIUSSS de la Capitale-Nationale1, est un moyen efficace d’améliorer la mobilité aussi. C’est tellement mobile, un bouchon de circulation large de quatre voies.

La mobilité c’est une priorité, mais après tout le reste. Après la construction d’un amphithéâtre déficitaire, après les voyages du maire qui ont coûté 38 millions en 10 ans2, après l’embauche d’un faux expert (on peut difficilement faire plus honteux qu’être le bouffon qui a engagé Clotaire Rapaille) en marketing pour faire rayonner la ville. En fait, la seule fois où Labeaume avait bien compris comment améliorer la mobilité à Québec, c’est quand il utilisait illégalement des gyrophares sur son auto pour dépasser du monde quand il était en retard3.

Quant à la jeunesse, pas besoin de fouiller longtemps pour voir que c’est une priorité de l’Équipe Labeaume dans des beaux discours pré-électoraux uniquement. C’était plus qu’évident quand moi, Alicia et les autres d’Alternative Québec étions allé au conseil municipal pour assister au clownesque spectacle d’un Régis Labeaume incapable d’expliquer pourquoi sa ville refusait de financer le SQUAT Basse-Ville, organisme venant en aide aux jeunes fugueurs et fugueuses. C’était d’autant plus évident lorsque Labeaume envoyait promener les étudiant-e-s en 2012 avec son règlement interdisant les attroupements, quand sa police arrêtait 49 personnes devant le Cégep Limoilou et quand elle vargeait des jeunes à coup de matraques en 2015. C’est surement par amour de la jeunesse que le maire disait, baveux, « Les gens, qu’est-ce qu’ils font là à deux pouces du nez des policiers ? » après que Naomie Tremblay-Trudeau se soit fait tirer une grenade lacrymogène dans la face.

Labeaume aime bien la mobilité, si ça lui permet de paraître moin con que Québec21. Labeaume aime bien la jeunesse, quand elle ferme sa gueule et vote pour lui.
André-Philippe Doré

André-Philippe Doré

Etudiant à l’Université Laval.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...