Édition du 17 octobre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Négociation dans les centres de la petite enfance (CPE) - Une association patronale refuse de négocier avec 3500 syndiqué-es membres de la CSN

MONTRÉAL, le 2 mai 2017 - Près de 3500 travailleuses et travailleurs oeuvrant dans 133 CPE en l’Estrie, en Montérégie, à Montréal-Laval et dans le Centre-du-Québec diffuseront des tracts aux alentours de leurs CPE respectifs. Elles veulent sensibiliser la population au fait qu’elles sont sans convention collective depuis le 31 mars 2015 en raison du refus de l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE) de joindre la table nationale de négociation à laquelle sont présents le ministère de la Famille et onze associations patronales.

Jusqu’à présent, l’APNCPE, qui regroupe le tiers des 400 CPE syndiqués à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), s’est refusé à engager des négociations avec la cette dernière qui regroupe le plus important contingent de travailleuses et de travailleurs en CPE au Québec. « Malgré que les négociations à la table nationale aient été enclenchées depuis le 8 décembre dernier, l’APNCPE cherche toujours à négocier seule, sans la présence du ministère, les matières d’ordre pécuniaire que sont les salaires, la retraite, les vacances et les fériés, les assurances collectives, en plus d’autres dispositions de portée nationale, le tout sans aucune garantie de financement. Et ça, il n’en est pas question ! »

De plus, l’APNCPE s’est enlisée à grands frais dans un recours judiciaire contre la FSSS-CSN et ses syndicats en déposant une plainte de négociation de mauvaise foi devant le Tribunal administratif du travail (TAT), à l’automne dernier. Elle a ainsi soutenu que la partie syndicale agissait de mauvaise foi en réclamant d’elle qu’elle réintègre la table nationale, comme cela est le cas depuis les débuts de la négociation regroupée il y a plus de vingt ans. La décision du TAT est toujours attendue dans les prochains jours.

Pour Louise Labrie, membre du comité national de négociation et responsable du secteur des CPE à la FSSS-CSN, cette action juridique de l’APNCPE est un véritable gaspillage d’énergie et d’argent qui aurait pu servir à d’autres fins, dont la négociation. « Il est à craindre que les 3500 salarié-es fassent injustement les frais de cette stratégie patronale en repoussant inutilement le règlement final de leurs conventions collectives. »

« Le véritable enjeu de cette ronde de négociation, ajoute Louise Labrie, c’est clairement le maintien, l’amélioration et l’uniformisation des conditions de travail qui contribuent à stabiliser la main-d’œuvre et à offrir un très haut niveau de compétence et de savoir-faire. C’est d’ailleurs ce qui a permis aux CPE de toutes les régions du Québec d’offrir une qualité de services inégalée jusqu’ici, comme plusieurs études l’ont reconnu. Voilà pourquoi nous refusons de revenir plus de vingt ans en arrière alors qu’il existait des disparités majeures entre les travailleuses et travailleurs des différents CPE et entre les régions même ! »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...