Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Négociations à la Commission scolaire Kativik - Philippe Couillard interpellé (CSQ)

KUUJJUAQ, QC, le 26 oct. 2017 - Des membres de l’Association des employés du Nord québécois (AENQ-CSQ) ont profité du passage du premier ministre, Philippe Couillard, à Kuujjuaq aujourd’hui pour lui demander de faire débloquer la négociation pour le renouvellement de leur convention collective qui traîne depuis plus de deux ans.

Les membres du personnel de la Commission scolaire Kativik comptent d’ailleurs parmi les rares employés syndiqués du secteur public au Québec à ne pas avoir signé leur convention collective 2015-2020. Une situation inacceptable qui devient de plus en plus difficile pour les membres de l’AENQ-CSQ (personnel enseignant et de soutien) et du Syndicat des professionnelles et professionnels de l’Ouest de Montréal (SPPOM-CSQ).

La réussite des élèves du Nord affectée

Cette impasse dans les négociations a des conséquences pour les élèves du Nord du Québec qui ne reçoivent pas tout le soutien dont ils auraient besoin pour leur permettre de réussir leurs études. En effet, les principales revendications syndicales visent à augmenter significativement l’aide aux élèves en difficulté.

« Notre message est clair : le gouvernement doit passer de la parole aux actes en ce qui a trait à l’éducation en territoire inuit et autochtone. Il ne faut pas se contenter de vœux pieux dans une politique de la réussite éducative. C’est maintenant qu’il doit agir », a fait savoir Larry Imbeault, président de l’AENQ-CSQ.

Pour sa part, la présidente du SPPOM-CSQ, Carolane Desmarais, renchérit en mentionnant que la mauvaise foi manifestée par la Commission scolaire Kativik a assez duré. « Ce sont le personnel et les élèves qui font les frais de cette négociation qui n’aboutit pas. Le premier ministre doit être ferme et rappeler aux dirigeants de la commission scolaire leurs responsabilités », explique-t-elle.

Pertes financières importantes

L’AENQ-CSQ précise que chaque jour qui passe, les membres sont pénalisés financièrement, puisqu’ils ne bénéficient pas des augmentations salariales accordées aux travailleuses et aux travailleurs du secteur public et qu’ils n’auront pas droit à un rattrapage. Les employés du Nord québécois ont la désagréable impression d’être traités en citoyens de seconde zone par le gouvernement du Québec et la Commission scolaire Kativik.

Les représentants de l’AENQ-CSQ ont donc demandé à Philippe Couillard de prendre les mesures nécessaires pour hâter cette négociation qui a suffisamment traîné en longueur.

Rappelons qu’une décision du Tribunal administratif du travail (TAT) a été rendue à l’automne 2016, confirmant la mauvaise foi de la partie patronale et l’obligeant à négocier de bonne foi, sans action dilatoire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...