Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Garderies

Négociations dans les centres d

MONTRÉAL, le 12 oct. 2017 - Environ 11 000 travailleuses œuvrant dans plus de 400 centres de la petite enfance (CPE), membres de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), sont en moyen de pression aujourd’hui dans toutes les régions du Québec. Comme elles l’on fait durant les dernières semaines, ces travailleuses se mobilisent cette fois en décorant leur CPE aux couleurs de leurs revendications. Elles souhaitent sensibiliser les parents, mais surtout interpeler les employeurs et le ministère de la Famille au fait qu’elles sont toujours sans convention collective depuis 30 mois, soit depuis le 31 mars 2015.

« En décorant leur CPE, affirme Louise Labrie, membre du comité national de négociation des CPE à la FSSS-CSN, les travailleuses veulent que la partie patronale comprenne l’urgence d’obtenir rapidement un règlement satisfaisant de leur contrat de travail. Elles se battent ni plus ni moins pour maintenir la qualité des services offerts aux enfants et elles n’accepteront jamais de diminuer leurs conditions de travail qui y sont intimement liées. La partie patronale doit dès lors en convenir. »

Amorcées à l’automne 2016, pas moins d’une trentaine de séances de négociation, dont celles des 26 septembre, 3 et 4 octobre dernier, ont permis de régler les conditions de travail dites non pécuniaires. Deux autres rencontres sont prévues les 24 et 25 octobre à Montréal où devraient être discutés plusieurs sujets névralgiques.

Parmi les enjeux figurent la protection de la qualité éducative et le soutien aux enfants ayant des besoins particuliers effectués par des éducatrices et des éducatrices spécialisées, la participation des travailleuses au conseil d’administration et à l’assemblée générale du CPE, les salaires, le régime de retraite, l’assurance collective et les disparités régionales.

Pour Dany Lacasse, vice-président de la FSSS-CSN et responsable du secteur des CPE : « Le gouvernement et les associations d’employeurs doivent profiter du répit d’ici la reprise des discussions, le 24 octobre, pour obtenir du Conseil du trésor tous les mandats nécessaires pour en arriver à une entente rapidement. Et que l’on ne vienne pas nous dire que le gouvernement n’a pas d’argent, lui qui dispose d’un surplus budgétaire de 4,5 milliards de dollars pour la seule année 2016-2017 engendrés par des coupes draconiennes dans les services publics. »

En septembre dernier, ces travailleuses membres de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont accordé à 94 % à leur comité de négociation pour un mandat de grève de six jours au moment opportun, notamment en raison d’importants reculs souhaités par la partie patronale.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Garderies

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...