Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Négociations locales au CISSS du Bas-Saint-Laurent : l'employeur doit négocier une entente qui permettra d'attirer les professionnelles en soins dans la région (FIQ)

RIMOUSKI, QC, le 18 sept. 2018 - Lors d’une conférence de presse organisée par le candidat du Parti Québécois dans la circonscription de Rimouski, la présidente par intérim de la FIQ-Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent, Cindie Soucy, a été invitée à s’exprimer sur la problématique de recrutement de la main-d’œuvre en santé dans la région et à rappeler les revendications de ses membres dans le cadre des négociations locales se déroulant actuellement avec l’employeur.

« Pour être attractif, il faudrait que l’employeur mette sur la table des horaires de travail satisfaisants et des mesures concrètes pour diminuer le temps supplémentaire, ce qui n’est pas le cas actuellement dans le cadre de nos négociations locales. Nous avons jusqu’au 1er octobre prochain pour en arriver à une entente et plusieurs propositions patronales sont tout simplement inacceptables pour les professionnelles en soins du Bas-Saint-Laurent », a mentionné la présidente du syndicat.

Au nombre des revendications du syndicat, mentionnons la mise en place d’équipes adaptées aux besoins des patient-e-s pour que les professionnelles en soins puissent offrir des soins de qualité et sécuritaires, et la stabilité des postes permettant d’augmenter la disponibilité des professionnelles en soins tout en agissant sur la précarité d’emploi. « Depuis des mois, nous recevons des témoignages de nos membres qui font état de la surcharge et de la lourdeur du travail qui les empêche d’exercer leur plein champ de compétences et d’assurer un niveau de soins auquel la population est pourtant en droit de s’attendre », a indiqué madame Soucy.

Le candidat dans la circonscription de Rimouski, Harold LeBel, s’est dit sensible aux revendications des professionnelles en soins, notamment en ce qui a trait au maintien et à l’amélioration des services dans la région et à l’octroi de meilleures conditions de travail afin que le réseau de la santé soit plus attractif. Il est également d’avis qu’il faudrait baisser les ratios professionnelles en soins/patient-e-s, l’une des priorités de la FIQ dans le cadre de la présente campagne électorale.

Le syndicat a produit le Livre noir de la qualité et de la sécurité des soins du Bas-Saint-Laurent qui témoigne du quotidien des professionnelles en soins dans les différentes installations du Bas-Saint-Laurent et qui démontre clairement qu’elles sont à bout de souffle et épuisées.

Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent

La FIQ-Syndicat des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires du Bas-Saint-Laurent représente plus de 2 200 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques et est affiliée à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec-FIQ. La FIQ représente 76 000 professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires œuvrant dans les établissements de santé et de services sociaux québécois.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...