Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Louise Chabot

Normes du travail : le gouvernement Couillard doit tenir parole

Nous approchons à vitesse grand V de la fin de la session parlementaire qui précède les élections de 2018. Il s’agit de la dernière opportunité pour le gouvernement Couillard de réaliser un de ses engagements : réformer la Loi sur les normes du travail (LNT). Le premier ministre a affirmé la semaine dernière que les députées et députés ne seraient pas en mesure d’adopter tous les projets de loi qui sont au feuilleton d’ici l’ajournement des travaux, mais que la réforme de la LNT serait un projet « prioritaire pour la société ».

Suite logique

L’adoption des modifications à la LNT s’inscrirait comme une suite logique à la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre. Cette stratégie était attendue et elle propose des solutions concrètes à des problèmes bien réels vécus par les travailleuses et travailleurs, ainsi que par les entreprises québécoises.

Il serait très dommage que l’on n’aille pas au bout de la logique derrière la réflexion ayant mené à la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre en ne finalisant pas la réforme des normes du travail.

Nos normes minimales du travail doivent faire leur entrée au 21e siècle et le projet de loi, bien que perfectible, aiderait grandement un bon nombre de travailleuses et travailleurs en améliorant la reconnaissance des proches aidants, en encadrant mieux les agences de placement de main-d’œuvre et en ajoutant des mesures de conciliation famille-travail.

Le projet de loi prévoit également la fin des clauses de disparités de traitement selon la date d’embauche. Ce n’est pas rien ! C’est là l’aboutissement d’un long combat du mouvement syndical. Le seul problème est que le gouvernement les interdirait pour l’avenir et ne demanderait pas le retrait des clauses discriminatoires qui ont déjà cours.

Une vraie priorité

Cette réforme, elle est plus que nécessaire. Nous ne pouvons pas, collectivement, la voir échouer sur l’écueil de la campagne électorale. Si le gouvernement et les partis d’opposition y mettent chacun du leur et qu’ils écoutent les préoccupations des travailleuses et travailleurs, que les normes du travail doivent protéger, son adoption avant la fin des travaux parlementaires est possible. Personne n’a intérêt à ce que l’on n’y arrive pas.

Louise Chabot

Présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) (depuis 2012)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...