Édition du 16 janvier 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Nouvelle offensive des citoyens et citoyennes de Lotbinière contre les forages

Des citoyens et citoyennes de Leclercville, Lotbinière, Saint-Apollinaire, Saint-Antoine-de-Tilly, Sainte-Agathe-de-Lotbinière et d’autres municipalités de la MRC de Lotbinière posent pour la photo illustrant leur détermination à ériger un mur social entre les forages et l’avenir des enfants – Crédit photo : Béatrice Riché

Saint-Antoine-de-Tilly, le 19 novembre 2017 – À l’invitation du Comité vigilance hydrocarbures de la MRC de Lotbinière, plusieurs dizaines de citoyens et citoyennes de Leclercville, Lotbinière, Saint-Apollinaire, Saint-Antoine-de-Tilly, Sainte-Agathe-de-Lotbinière et d’autres municipalités de la MRC se sont réuni.e.s aujourd’hui pour prendre acte des derniers développements du dossier du gaz de schiste et pour dire au premier ministre Philippe Couillard, au ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles Pierre Moreau ainsi qu’au député de Lotbinière-Frontenac Laurent Lessard qu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour le gaz de schiste et la fracturation hydraulique dans la région.
« La frustration des citoyens et citoyennes est palpable, estime Irène Dupuis, porte-parole du Comité vigilance hydrocarbures de la MRC de Lotbinière. Ça fera bientôt dix ans qu’ils crient sur tous les toits qu’ils ne veulent pas de gaz de schiste mais le gouvernement Couillard crée un cadre réglementaire qui le leur enfonce dans la gorge tout en affirmant qu’il n’y aura pas de projets sans acceptabilité sociale – et que ceux qui disent le contraire sont des "alarmistes" ».

Selon madame Dupuis, la population n’est pas dupe de ce double langage dont le seul but est de banaliser une loi dont la portée est capitale puisqu’elle légitimerait la prise de possession du territoire par l’industrie pétrolière et gazière. La Loi sur les hydrocarbures considère en effet les permis d’exploration comme des droits réels immobiliers et donne aux promoteurs le droit de demander l’expropriation à l’étape de la production. Les permis d’exploration couvrent 53 000 km2 au Québec, y compris la presque totalité de 13 des 18 municipalités de la MRC de Lotbinière. « Ce matin, les citoyens ont exprimé leur colère à la pensée que le gouvernement du Québec a vendu le sous-sol de leurs propriétés, sans leur en demander la permission, à des entreprises privées qui peuvent s’y installer comme chez elles. La détresse est particulièrement intense chez les agriculteurs et agricultrices qui ne savent plus s’ils doivent investir dans la mise en valeur de leurs terres. »

Rappelons que la région tire son eau potable de la nappe phréatique et que ses secteurs agricole, agroalimentaire et agrotouristique, fort importants, dépendent de la disponibilité d’une eau de qualité, en quantité suffisante. « On sait maintenant de manière irréfutable qu’il y a des liens entre la fracturation hydraulique et des cas de contamination de l’eau potable, souligne la porte-parole. Le gaz de schiste est donc tout à fait incompatible avec la vocation que la région s’est choisie, d’autant plus qu’il y a pénurie de main d’œuvre dans la MRC. »

Le groupe citoyen demande le retrait pur et simple des projets de règlements sur les hydrocarbures ainsi que l’interdiction des forages et de la fracturation hydraulique au Québec. Il réclame aussi la révocation des permis d’exploration qui sont « comme une épée de Damoclès au-dessus de la tête des citoyens ». « Nous voulons un retrait complet des règlements car les modifications que le ministre a laissé entrevoir n’ont aucune signification », conclut madame Dupuis. Elle croit que le gouvernement pourrait permettre aux municipalités de soustraire certaines zones aux forages mais certainement pas les forêts ni les terres agricoles « où les forages se feraient de toute façon ». Quant aux distances séparatrices, précise-t-elle, ce ne sont pas quelques mètres de plus qui feraient une différence puisque les forages courent sur plusieurs kilomètres sous le sol.

Le comité a proposé aux militants et militantes diverses actions à mettre en place pour exprimer leur opposition, notamment signer la pétition NON aux forages, écrire une lettre de commentaires sur les projets de règlements avant le 9 décembre et se joindre au comité d’accueil qui attendra les députés lors du Congrès du Parti libéral du Québec à 17 heures au Centre des congrès de Québec ce vendredi, 24 novembre.

cvhMRClotbiniere@rvhq.ca

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...