Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Répression

ON SE SOUVIENT : L'Esméralda, un bateau de prison et de torture, au port de Québec

Le 11 septembre 1973, date du coup d’État dirigé par Pinochet au Chili contre le gouvernent démocratique du Président Salvador Allende, c’est à Valparaiso que les actions militaires répressives ont débuté, sous la direction de la Marine chilienne. Dès premières heures de ce mardi fatidique, le bateau-école Esméralda est devenu -comme des centaines d’autres lieux au long du pays- un lieu de prison et de torture.

Les victimes qui ont survécu à leur passage dans les entrailles de ce bateau, ainsi que les familles de ceux et celles qui n’ont pas survécu, ont dénoncé constamment les horreurs commises contre les prisonniers politiques de La Esméralda.

De leur côté, les responsables de la Marine chilienne et particulièrement les commandants du bateau qui se sont succédés au cours des dernières 44 ans, ont systématiquement nié cette réalité historique.

Pourtant, le rapport de la Commission Rettig (du nom du juriste qui a présidé la Commission de Vérité et de Réconciliation au Chili) publié en mars 1991, a établi que l’Esméralda figurait bien parmi les bateaux utilisés comme prison et qu’à l’intérieur de ce bateau il y a eu des abus, des mauvais traitements et de la torture.

Notamment, et comme plusieurs autres prisonniers de ce bateau dont on ignore toujours le sort, le prêtre catholique Michael Woodward -britannique d’origine et chilien d’adoption- a été arrêté le 16 septembre 73, emmené sur l’Esméralda et torturé à mort. Le crime de ce prêtre est devenu un cas emblématique des violations des droits humains au Chili, en tant que prisonnier politique de l’Esméralda. Dans un rapport d’octobre 1974, la mort sous la torture du père Woodward avait déjà été établie par la Commission interaméricaine des droits humains de l’OEA.

Entre le 18 et le 23 juillet 2017, l’Esméralda accostera au port de Québec dans le cadre des 150 ans du Canada. Des organisations de Chiliens de Québec et de Montréal s’apprêtent à manifester face au voilier pour rappeler que la répression de la dictature de Pinochet n’est pas oubliée. Qu’il est nécessaire que les responsables des violations des droits humains commises sur ce bateau-école soient jugés. Et que tous ceux qui visitent l’Esméralda soient informés que ce bateau a été une prison et un lieu de torture et de mort.

Le samedi 22 juillet, à midi, une manifestation se tiendra devant le bateau Esméralda, au port de Québec.

Guy Roy

Guy Roy

l’auteur est membre du collectif PCQ de Québec solidaire à Lévis.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Répression

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...