Édition du 27 juin 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Passer à l'action

J’étais particulièrement heureux que la Fondation Émergence ait choisi les personnes trans comme thème de campagne contre l’homophobie et la transphobie. Avec Peu importe le genre, comme slogan, le message est clair. La campagne a été lancée au Musée des beaux-arts de Montréal, un allié depuis plusieurs années des communautés LGBTQ.

tiré de : L’INFOLETTRE DE FUGUES # 624 - 29 mai 2017 Publié le 23 mai 2017 à 09h03 Denis-Daniel Boullé

Retour au Québec

Tout le gratin LGBTQ était présent. Il est vrai que les locaux du MBAM, ça a de la classe. Et on pouvait compter sur la présence des grands médias et des photographes. Il fallait être là. Et l’on a célébré le courage des personnes trans, rappelé l’importance du droit à l’expression de genre que l’on souhaitait. On ne pouvait rêver mieux. C’était en mars.

Journée de la fierté trans le 6 mai dernier. Organisée par l’Aide aux trans du Québec (ATQ) qui a participé activement à la mise en place de la campagne de la Fondation Émergence, la Journée de la fierté trans nous a ramenés à une cruelle réalité. Les locaux du Comité social centre-sud sont moins glamour que ceux du Musée des beaux-arts. Mais à part quelques tables d’organismes communautaires derrière lesquelles étaient assis leurs représentants, les personnes non-trans n’étaient pas nombreuses. Les personnalités de nos communautés, qui aiment tant se montrer, ne se sont pas déplacées. Il est vrai que, dans les salles de rédaction, on ne se bouscule pas pour envoyer des journalistes et des photographes. Les belles déclarations d’inclusion, de respect, etc. ne se transforment pas toujours par des actes, entre autres, par des actes de présence.

Comme le soulignait Marie-Marcelle Godbout, présidente fondatrice de l’ATQ lors du lancement de la campagne Peu importe le genre, c’est dans la communauté gaie, qu’elle a ressenti dans les décennies précédentes le plus de transphobie. Il y a donc encore du travail à faire. Et sur le terrain depuis le tout début des années 80, Marie-Marcelle sait de quoi elle parle. La Fondation Émergence a franchi le pas en axant sa nouvelle campagne autour des personnes trans. D’autres organismes le font aussi. Mais en dehors des organismes communautaires, que fait-on en termes d’information et d’éducation pour que nos communautés soient déjà plus ouvertes et plus solidaires entre elles ? Et réellement, en dehors du discours politiquement correct qui voudrait que l’on s’aime toutes et tous sous un grand parapluie arc-en-ciel ? Pour passer une grande partie de ma vie dans le milieu LGBTQ, je dois dire qu’il y a encore beaucoup de travail à faire.

Bien sûr, le Québec n’est pas la Tchétchénie. Nous sommes très fiers d’avoir aujourd’hui des Allié-es, au point d’ajouter le A au LGBTQ, mais si nous commencions à être des allié-es à l’intérieur de nos communautés et à œuvrer pour lutter contre tous les préjugés qui circulent sur les lesbiennes, les efféminés, les personnes trans, les aîné-es LGBTQ, etc.? Si nous cessions de nous contenter de belles déclarations publiques sur le respect, l’inclusion, l’intégration, et que nous passions aux actes ? »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...