Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Rassemblement #ENSEMBLECONTREKINDERMORGAN

Plus de 1000 personnes rassemblées contre Kinder Morgan exhortent Trudeau à prendre une décision digne de l’Accord de Paris

Plus de 1000 personnes se sont rassemblées malgré la pluie au Parterre du Quartier des spectacles dans le centre-ville de Montréal cet après-midi pour réitérer leur opposition au projet de pipeline de sables bitumineux de Kinder Morgan. Parmi les porte-paroles se trouvaient les Chefs et des représentants des Premières Nations ainsi que plusieurs personnalités de marque de la scène québécoise, qui ont déjà déclaré leur opposition dans une déclaration il y a dix jours.

Le projet de pipeline de sables bitumineux Trans Mountain de Kinder Morgan est plus que jamais incertain depuis que l’entreprise a interrompu certains travaux en avril. La mobilisation des Premières Nations et de la population, les nombreux recours légaux, la fragilité économique du projet et les actions bien légitimes du gouvernement de la Colombie-Britannique pour protéger l’environnement ont créé une trop grande incertitude pour l’entreprise. Elle a par conséquent établi une échéance au 31 mai pour résoudre la situation.

Le premier ministre Justin Trudeau s’est pour sa part porté à la défense de l’entreprise du Texas et a annoncé que son gouvernement prendra les moyens financiers et législatifs pour que ce projet se réalise malgré l’impasse politique.

Les Québécois se mobilisent depuis plusieurs mois contre ce projet et l’organisation de ce rassemblement s’insère dansl’escalade continue de la mobilisation au Canada en amont de la date butoir du 31 mai. Les personnes présentes au rassemblement souhaitent démontrer leur solidarité et leur soutien envers les communautés de l’ouest qui s’opposent au projet de Kinder Morgan, tout comme les québécois(e)s l’ont fait avec le projet de pipeline Énergie Est de TransCanada, qui a fini par être abandonné à cause des retards cumulatifs. Les organisations présentes ont également profité de l’événement pour réaffirmer la solidarité de l’est avec l’ouest contre les projets de pipelines de sables bitumineux, souligner le refus d’utiliser l’argent public pour un projet climaticide, et répéter haut et fort le droit des Premières Nations à dire ‘non’ et des provinces de rejeter un projet pétrolier qui menace l’environnement et les communautés.

Citations des intervenants ou porte-paroles des organismes participants

Ghislain Picard, chef de l’Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador (APNQL) :

« Les Premières Nations au Québec appuient sans réserve les Premières Nations en Colombie-Britannique qui s’opposent à l’oléoduc et aux navires-citernes du projet Trans Mountain de Kinder Morgan et nous continuons à dénoncer haut et fort la participation financière au projet de la part de Desjardins et de la Caisse de dépôt et de placement du Québec. La saga Kinder Morgan illustre bien qu’il faut le consentement des Premières Nations pour réaliser des projets sur nos territoires et ce consentement sera très difficile à obtenir pour des projets dangereux et risqués comme celui de Kinder Morgan. »

Grand Chef Serge ‘Otsi’ Simon, Conseil Mohawk de Kanesatake :

« Quiconque chercherait à acheter ou à investir dans le projet Kinder Morgan devrait se méfier du fait que les Premières Nations de la Colombie-Britannique qui s’y opposent ont l’appui du reste de l’alliance de 150 Premières Nations au Canada et aux États-Unis qui ont signé le Traité autochtone contre l’expansion des sables bitumineux et nous ferons tout ce qu’il faut pour les aider à arrêter le projet. Nous n’allons pas tolérer non plus que le Premier ministre Justin Trudeau promette de respecter nos droits d’une part, et d’autre part, continue d’ignorer l’opposition majeure des Premières Nations au projet Kinder Morgan. »

Chef Jean-Charles Piétacho, Conseil des Innus d’Ekuanitshit :

« Je connais l’importance de se tenir debout face aux géants des hydrocarbures. Notre bataille contre la fracturation hydraulique sur l’Île d’Anticosti, notre territoire ancestral, a porté fruit. La solidarité peut venir à bout d’un projet insensé, comme ça a été le cas aussi avec le projet Énergie Est et comme ça sera le cas aussi avec le projet de pipeline et de navire-citerne de sables bitumineux de Kinder Morgan. »

Melissa Mollen-Dupuis, co-fondatrice de Idle No More :

« Ce qui me fait le plus peur aujourd’hui c’est de voir à quel point la réconciliation rime avec condition : celle de devoir accepter des projets comme les pipelines, de peur que les promesses de rectifier les enjeux de droits humains ne soient pas respectés. Le messager a changé, mais le Canada continue de piétiner ses propres engagements envers les peuples autochtones. »

Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ :

« Pour la FTQ, tout l’argent promis à Kinder Morgan devrait plutôt être utilisé pour favoriser une transition énergétique juste pour les travailleurs et travailleuses, ainsi que pour les communautés. Par ailleurs, la FTQ dénonce l’intervention du gouvernement fédéral qui veut forcer l’adhésion de la Colombie-Britannique au projet. Cela constitue un affront à la juridiction des provinces à décider de ce qui est bon pour leur population. »

Pierre Patry, Trésorier, Confédération des syndicats nationaux :

« Il est urgent et possible de viser une transition énergétique qui soit juste et respectueuse des droits des travailleuses et des travailleurs, des communautés et des peuples. Au sortir du Sommet sur la transition juste qui avait lieu les 23 et 24 mai à Montréal, les participantes et les participants demandent aux gouvernements et aux partis politiques québécois de s’engager dans cette direction. »

Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace Canada :

« Le gouvernement fédéral ne pourra jamais acheter l’opposition à ce pipeline, car celle-ci est ancrée dans de profondes valeurs de protection de l’environnement, de respect de nos engagements climatiques et de réconciliation avec les peuples autochtones. Si Justin Trudeau croit pouvoir faire construire ce pipeline c’est parce qu’il sous-estime l’ampleur de l’indignation qu’il soulève au Québec et sous-estime l’opposition sur le terrain. Financer un projet voué à l’échec, l’imposer à une province, ne pas obtenir le consentement des Premières Nations et faire fi de la science est la recette idéale pour renforcer la crise actuelle. Ce pipeline ne verra pas le jour puisque les communautés autochtones ont dit « non », la résistance et la solidarité ne cessent de croître, plusieurs recours légaux continuent de la menacer et que sa non-viabilité économique est de plus en plus évidente. »

Anne-Céline Guyon, coordinatrice du Front Commun pour un transition écologique :

« Les Québécois-es ont lutté ardemment contre le projet d’oléoduc Énergie Est et ont remporté cette bataille parce qu’ils ont fait preuve d’une grande solidarité entre eux. Premières Nations, comités citoyens, organismes environnementaux, municipalités, et syndicats ont fait front commun comme jamais pour rejeter ce projet en raison de son aberration sur le plan de la lutte aux changements climatiques, du respect des droits des Premières Nations, des risques pour le Saint-Laurent, l’eau potable et la sécurité publique. Cette même solidarité s’exprime aujourd’hui envers tous ceux qui luttent contre le projet Trans Mountain de Kinder Morgan ainsi que pour accélérer le passage vers une économie sobre en carbone. Pour relever les défis de la crise climatique, nous avons plus que jamais besoin d’être ensemble. »

Aurore Fauret, Coordinatrice de la campagne pipelines de 350.org :
« Depuis quelques mois, des centaines de personnes ont eu recours à la désobéissance civile en Colombie-Britannique, il y a eu des dizaines de rassemblements visant les députés du gouvernement Trudeau à travers le pays, et maintenant des centaines de personnes se rassemblent à Montréal pour continuer ce mouvement. Partout au Canada et au Québec, la population veut voir des promesses tenues en matière de climat et de droits autochtones, et cela passe par un refus du projet de Kinder Morgan. »


Voici la vidéo de quelques autres interventions captées par Presse-toi à gauche !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...