Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Point de mire du 15 mai

À propos de la rupture et de la transition, les débats stratégiques s'imposent

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

La rendez-vous militant intitulé la Grande Transition va se tenir du 17 au 20 mai à Montréal. Il va réunir 350 pénalistes et permettre la tenue de 120 ateliers. Cette rencontre se fait sous le thème Préparer la société après le capitalisme. Cette vaste occasion de débats multiples et diversifiés va permettre de souligner l’importance du retour de la question stratégique pour les combats qui sont devant nous. Comme l’écrit Pierre Beaudet] : On sait qu’on est devant une « guerre prolongée », à long terme, où il faut accumuler des forces, mais aussi sortir des sentiers battus pour penser, imaginer cet après-capitalisme qui ne nous tombera pas dans les mains comme une pomme trop mûre. Et on sait qu’il faut travailler à toutes les échelles, du local au global en passant par le glocal. Alors dans ce contexte, l’idée de la « transition » devient un processus, à la fois une lutte opiniâtre et quotidienne, à la fois un ensemble d’expérimentations « pré-figuratives ».

Environnement

Ce sera le 27 mai à Montréal qu’aura lieu le rassemblement contre Kinder Morgan]. L’opposition à ce projet écocidaire fait face la mobilisation des élites canadiennes et du lobby des énergies fossiles. Le gouvernement Trudeau veut forcer le passage de l’oléoduc mais la mobilisation citoyenne ne dérougit pas. Le maire de Vancouver est éloquent à cet égard. Il faut montrer notre solidarité avec la population et les peuples autochtones de la Colombie-Britannique qui sont au centre de ce combat.

Par ailleurs Gérard Montpetit revient sur le scandale des puits abandonnés mentionnant les manoeuvres des libéraux de Couillard pour balayer sous le tapis les retombées de la présence de ces compagnies pour qui l’environnement n’est qu’un obstacle vers l’enrichissement par l’extractivisme. Ce cas révèle les tendances lourdes des néolibéraux à tout donner au privé et à refiler la facture des dégâts à la société. Un cas semblable à celui des sites miniers abandonnés. Nous y reviendrons.

PQ et identitaires

Le PQ faisait récemment l’annonce en grande pompe de la candidature de Muguette Paillé pour le parti dans Maskinongé. Celle qui s’est fait connaitre lors du débat des chefs lors de l’élection fédérale de 2011 possède un passé sombre lié au courant identitaire et d’extrême-droite au Québec. Xavier Camus brosse le panorama () des accointances de la nouvelle vedette du PQ avant que les bonzes du parti ne fassent le ménage de son passé sur les médias sociaux. Et ce n’était pas très brillant. Madame Paillé a depuis retiré sa candidature mais cet autre épisode des « gaffes » du PQ démontre le degré d’attraction de ce parti pour la mouvance identitaire.

Conseil national de Québec solidaire

Pierre Mouterde nous livre quelques réflexions sur le plus récent conseil national de Québec solidaire. Il souligne l’assurance qu’affiche la direction du parti face à la perspective des prochaines élections en octobre prochain. QS voudrait incarner le parti de la « rupture » dans la prochaine campagne, contre les partis « institutionnels ». Mouterde s’interroge sur cette stratégie. Abandonner les grandes idées pour des revendications que l’on qualifie de « concrètes » fait l’impasse sur la liaison entre les revendications minimales et/ou sectorielles et les propositions plus globales, liées à un récit collectif. Il pose la question de la lutte pour l’indépendance comme ciment des revendications dites « concrètes ». Pour revenir sur les bases de ces réflexions, il vaut la peine de visionner le rapport de Ludvic Moquin-Beaudry sur l’état de la situation et la place de Québec solidaire dans ce contexte. Le discours d’Amir Khadir à ce CN prête aussi à réflexion sur la question de la montée de la xénophobie ici comme ailleurs. Les débats sur la cible de réduction des gaz à effet de serre pour 2030, se sont faits sans que les moyens de parvenir à telle ou telle cible soient abordés et explicités. Ce plan est en élaboration. Il est attendu avec impatience.

G7 : Pourquoi se mobiliser contre le G7 ? Qu’est-ce qu’on dénonce ? Qu’est-ce qu’on revendique ?

Les élites et leurs amis dans la presse de masse prépare les esprits à une répression sévère des mobilisations contre le G7 en juin prochain. L’opposition ne démords toutefois pas. Nous vous présentons la captation vidéo de la conférence d’Aurélie Lanctôt prononcé le 8 mai dernier. La conférence était organisée par le Regroupement des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale. Dans un même temps, nous vous présentons un tableau des activités qui se tiendront dans le cadre des activités anti-G7 dans la région de Québec, principal lieu de convergence de l’opposition. Nous terminons avec cette manchette de la coalition « Sortons les radio-poubelles » concernant la déclaration de Jean-François Fillion qui propose « une balle entre les deux yeux » pour les protestataires turbulents du G7. Notons ici simplement que n’importe quel-le citoyen-ne qui tiendrait de tels propos sur la place publique serait immédiatement accusé de menace de mort et de propos haineux. Mais ici dans la région de Québec, il semble que certains bénéficient de la tolérance des forces de l’ordre.

Féminisme : la place des femmes dans la lutte de libéraltion nationale du Québec

Ginette Lewis s’inspire du livre « Un Québec-pays » pour élaborer surl’articulation des lien entre les luttes des femmes et la lutte de libération nationale du Québec. Zoé Williams quant à elle revient sur les événements de Toronto et le mouvement « Incel », mouvance masculiniste qui invite ses membres à une haine absolue.

Sur la scène internationale, sociale et culturelle

Évidemment qu’au niveau international la situation au Moyen Orient fait manchette. C’est pourquoi nous vous invitons à lire entre autre l’article de Gilbert Achar :
La dualité du projet sioniste Il tente dans un premier temps de placer historiquement la situation mondiale des Juifs en faisant l’histoire du sionisme. Comment sont nées les haines des Juifs, comment elles connaissent des hauts et des bas dans les populations européennes, comment les crises économiques accentuent le racisme à leur endroit. Ainsi « C’est dans ce contexte que le mouvement sioniste moderne est né sous la forme d’un sionisme étatique, visant à la création d’un État juif. » Mais on y apprend surtout comment ce sionisme divise les Juifs entre eux. La suite de l’article raconte les jeux diplomatiques avec l’Angleterre et les Accords de Balfour pour s’assurer que ce pays juif soit la Palestine. Arrive la conclusion percutante « Mais la vérité est que le mouvement sioniste s’est construit en exploitant l’oppression endurée par les Juifs et en comptant sur l’appui des antisémites afin de créer un État colonial structurellement intégré au système impérialiste, et non un État postcolonial comme il le prétend. ». À lire pour connaître toute la finesse de l’analyse

Notre attention a aussi été attiré par un article de Richard Poulin : « Libération sexuelle : Quand la domination masculine s’est réinventée ». Cette entrevue commence par parler de révolution sexuelle. Richard Poulin préfère parler de libéralisation sexuelle. Car, si la pilule permet aux femmes une liberté sexuelle, elle demeure dans la cadre des rôles sexuels. « Puis très rapidement s’est imposé le devoir de la performance en même temps que se mettait en place le diktat de la jeunesse, de la sveltesse anorexique et de la féminité exacerbée. La mode unisexe cédait la place à une sexualisation figée des attributs. La domination masculine se renouvelait en s’avançant « masquée, sous le drapeau de la liberté sexuelle » (Anne-Marie Sohn). Et la libéralisation sexuelle provoquait une explosion de la marchandisation du sexe. »

Richard Poulin continue en expliquant comment cette performance à jouir et cette ouverture des femmes aux hommes permet aux hommes de continuer leur domination. Ensuite à travers les questions de l’interview, la notion de pornographie est abordée et est présentée comme la consolidation de la domination des hommes sur les femmes et ce, en lien avec la prostitution. « Pas juste au passage à l’acte, la pornographie encourage la violence sexuelle, encourage l’objectification, la marchandisation, c’est pour ça que je parle de la pornographie comme d’une propagande pour la prostitution ». L’entrevue se termine sur la notion de violence que l’auteur relie à la pornographie et la prostitution.

L’autre article que nos vous soumettons à la lecture est Mai 68 chez Lip à Besançon
Charles Piaget
, délégué syndical à l’usine de montres Lip en France, raconte comment il a vécu mai 68. Comment les travailleurs et travailleuses sous l’impulsion des mobilisations étudiantes ont commencé à remettre en question l’arbitraire patronal. « Lundi 13 mai, c’est la grève générale : en soutien aux étudiant.es et contre les violences policières. Nous sommes plein d’espoir, nous informons largement à Lip. Nous n’avions qu’une crainte : cette peur dormante depuis des années va t’elle enfin être surmontée ? »

Les jours suivants voient les grèves se poursuivent. Les délégués syndicaux vont d’usine en usine pour aider à l’organisation syndicale. Des processus d’autogestion se mettent en place. Les patrons tentent des ripostes. Mais les mobilisations continuent. Les ouvriers et ouvrières font des doléances, revendiquent exigent. Les accords de Grenelle concrétisent certaines victoires ouvrières. Les négociations commencent dans les usines. Les travailleurs et travailleuses se défendent eux-elles mêmes.Tout cela est raconté comme dans un film. Tout cela conduit à une prise de confiance des travailleurs et travailleuses de Lip qui va conduire à la grande grève autogérée de Lip en 1973 et qui va faire école dans l’histoire du syndicalisme français. Un bijou d’article à lire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...