Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Pornographie : Connaître l’histoire et le présent du féminisme anti-pornographie

Ce livre se présente comme une histoire de la prise de conscience et de l’intervention active contre la pornographie de la part des mouvements féministes, principalement aux USA et au Royaume-Uni, d’abord dès le début de la vague féministe des années 1970, puis depuis les années 2000.

Tiré du blogue de Christine Delphy.

Le rejet du porno est apparu spontanément comme un thème important dans les histoires personnelles s’exprimant dans les « groupes de conscience » non-mixtes des années 70. Il y a tout une histoire, instructive, des formes d’action, allant d’actions de rue contre les sex shops à des interventions dans le domaine législatif, avec des succès d’estime éclatants dans l’opinion publique féminine large, des échecs non moins éclatants, et des difficultés face aux accusations de censure et de puritanisme.

Au passage, ce livre est riche d’informations sur la réalité de l’industrie pornographique et sur le cynisme sadique ouvertement affiché par la plupart des réalisateurs. Sans parler de pratiques courantes qui s’apparentent à de la torture, je voudrais juste relever un exemple aussi saisissant que banal : le livre consacre cinq pages à la pratique de « l’éjaculation faciale » : loin d’être anecdotique, cette scène est au contraire un lieu commun de très nombreuses vidéos, elle est plébiscitée par les spectateurs… pourtant la pratique en question n’apporte évidemment rien au plaisir sexuel proprement dit. Elle ne peut clairement avoir qu’un seul sens : l’expression du mépris, l’expression infantile d’une tyrannie misogyne, et l’exigence de l’acceptation soi-disant enthousiaste de cette tyrannie par les femmes.

Le livre comporte aussi, bien sûr, une analyse des divisions au sein du féminisme qui ont paralysé le mouvement sur la question dans les années 80 – 90, au moment même où la production d’images porno explosait grâce à internet, aux webcams, au zapping, et au moment même où s’affirmait, dans le contenu des images, une surenchère délirante dans le sadisme et la domination.

Il y a aussi dans le livre une présentation des analyses sociologiques sur la « pornification » de la culture (dans la pub, les sitcom, le harcèlement sur le net, etc.).

Une traduction en français serait la bienvenue (sans nécessairement reprendre toute la biblio ni tous les détails informatifs sur la Grande-Bretagne et les Etats-Unis). Avis aux éditrices/teurs.

Julia Long : Anti-porn – The Resurgence of Anti-Pornography Feminism, éd. Zedbooks, Londres et New York, 2012, 216 pages + 13 pages de biblio.

Joël Martine

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...