Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Louise Chabot

Pour une poignée de dollars

Difficile d’être plus déconnectés que le Parti libéral du Québec (PLQ) et son ministre des Finances, Carlos Leitão ! Cette fin de semaine, on apprenait que son gouvernement procédera à de nouvelles baisses d’impôt lors du prochain exercice budgétaire. Fidèles à leurs habitudes, les libéraux de Philippe Couillard tentent d’acheter les prochaines élections pour une poignée de dollars.

Des surplus qui ont un prix

Les surplus dégagés par le gouvernement ne sont pas apparus parce que ce dernier est particulièrement responsable. Ces surplus sont apparus parce qu’il a coupé, beaucoup coupé. Prenons l’exemple de l’éducation. Malgré les récentes hausses budgétaires annoncées par le gouvernement Couillard, le Québec demeure au dernier rang au Canada en termes d’investissement par élève en éducation. Je répète : dernier ! Si nous voulions investir autant que la moyenne canadienne, le budget global de l’éducation serait plus élevé de 1,9 milliard de dollars.

La situation est identique pour le réseau de la santé. Le Québec est la province qui investit le moins par habitant. Le retard avec la moyenne canadienne est cette fois de 4 milliards ! C’est sans parler de notre réseau de la petite enfance qui est malmené, du sous-financement sévère des organismes du secteur communautaire alors que leur mission est bien souvent d’améliorer la qualité de vie de la population et de la protection de l’environnement qui a subi des réductions de budget de près de 40 % depuis 2003, si on tient compte de l’inflation. C’est dans ce contexte que l’on nous propose de nouvelles baisses d’impôt. C’est irresponsable !

Prendre les Québécoises et Québécois pour des valises

J’en ai déjà traité ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici et ici, les agissements du gouvernement ne surprennent plus personne. Il s’est fait élire sur de vagues promesses « d’assainissement » des finances publiques. Il nous aura plutôt plongés dans une vague de compressions budgétaires et de mesures d’austérité qui auront privé des patients, des élèves, des parents, des organismes communautaires, et j’en passe, des services dont ils avaient grand besoin.

Depuis sa prise de pouvoir en 2014, le gouvernement Couillard a diminué les impôts des particuliers et des sociétés ce qui entraîne un manque à gagner de 1,5 milliard en 2017-2018 et il a haussé les versements au Fonds des générations de plus de 1 milliard. Ce sont donc 2,5 milliards en moins pour financer les services publics. Tout cela, il l’a fait, je le rappelle, par des compressions budgétaires. Les écoles sous-financées, le personnel de la santé au bout du rouleau, les compressions à l’aide sociale, c’est tout cela qui aura contribué au surplus que le gouvernement souhaite nous repasser en baisses d’impôt.

Des baisses d’impôt qui coûtent cher

Sans parler du fait que ce désengagement de l’État entraîne des coûts importants pour les citoyennes et citoyens du Québec qui doivent désormais se tourner vers le privé pour obtenir ces services auxquels ils avaient droit et pour lesquels ils paient des taxes et des impôts.

Ce ne seront pas les poignées de dollars découlant de ces baisses d’impôt aux Québécoises et Québécois qui les aideront à compenser les coupes budgétaires des dernières années !

Préparer les prochaines compressions

En plus, ces nouvelles baisses d’impôt, tout comme celles imposées depuis le début du mandat Couillard d’ailleurs, ne font que préparer la prochaine ronde de compressions. Actuellement, l’économie québécoise prend du tonus, comme c’est aussi le cas un peu partout sur la planète. Tant mieux ! Cependant, des temps plus durs surviendront inévitablement et ne disposant plus de marges budgétaires, car on les aura fait disparaître avec les baisses d’impôt, de nouvelles compressions seront requises pour équilibrer le budget. Cette recette pour réduire la taille de l’État est bien connue. L’économie est un cycle et en période de prospérité, un gouvernement avisé ne devrait pas baisser ses revenus, il devrait plutôt prévoir un financement adéquat pour ses services publics en cas de ralentissement !

Pour un gouvernement qui se targuait d’être une fourmi responsable, il agit plutôt comme la cigale lorsque les élections sont venues ! Ce tour de passe-passe ne fonctionnera pas toujours. Les Québécoises et Québécois ne seront pas dupes !

Louise Chabot

Présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) (depuis 2012)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...