Édition du 20 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Prétérition et Confession

Prétérition  : « Figure par laquelle on attire l’attention sur une chose en déclarant n’en pas parler. » [Petit Robert 2013]

Confession : « Action de se confier. Je vais vous faire une confession. ➤ confidence » [Petit Robert 2013]

Je voulais vous parler du petit caporal en polléon à qui il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi. Oui, un magnifique CDD à quart de temps au salaire minimum sans couverture sociale. Mais je n’en parlerai pas même si, grâce à lui et à ses petits copains, les commerces ferment dans les quartiers populaires et les SDF se multiplient sur les trottoirs.

Je voulais vous entretenir d’un prétentieux qui fait des sottises et s’en défend en adoptant la ligne favorite des narcissiques qui consiste à déclarer : « Je ne suis pas parfait » et à affirmer du même souffle qu’il ne changera pas de politique. Mais, non, je ne lui ferai pas cet honneur.

Je voulais vous décrire la bave de rage que déclenchent en moi les paroles d’un enfant gâté qui a toujours eu tout cuit dans le bec et qui ose prétendre que « ça irait mieux si les Français se plaignaient moins ». Mais, je ne vois pas l’intérêt de souligner l’incongruité des paroles de quelqu’un qui provoque votre malheur et vous reproche ensuite de vous en trouver mal.

Je voulais vous expliquer qu’un petit chef jupitérien à qui l’on souligne sa superbe doublée de vulgarité s’enfonce en jouant les pères de la nation qui « aime tous les enfants de la République malgré leur bêtise », parce que lui n’en commet jamais, bien sûr. Mais, j’oubliais, il n’est pas parfait, il est juste meilleur que tout le monde. Mais à quoi me servirait-il d’en discuter ?

Non, je préfère avouer ma grande tendresse pour l’émouvant, beau, talentueux et original Hubert Lenoir, aperçu hier à Tout le monde en parle, cette messe dominicale sur laquelle j’aime tant lancer mon fiel, et qui m’a séduit par l’humanité de cet invité et de celleux qui ont suivi.

On perçoit chez ce jeune toute l’énergie, la volonté et l’élan passionné de qui a tant d’amour à donner et semble avoir un trou immense à combler dans son cœur. À la fois rempli d’ambition et d’apparente confiance, ce regard de jeune loup aux dents longues est celui d’un chaton qui a froid. Je le reconnais ce regard, pour l’avoir croisé quelques fois dans ma vie. Il est précieux et fragile.

Ces yeux d’agneau docile sont aussi les phares aveuglants du génie, riches d’une force qui pourrait nous faire vaciller sur notre socle.

Puisse sa lanterne briller longtemps, alimentée par l’huile nourrissante des rencontres bienveillantes.

LAGACÉ, Francis
http://www.francislagace.org
francis.lagace@gmail.com

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...