Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

G7

Contre le G7, club des riches et des puissants

Québec solidaire défend un monde solidaire, démocratique et respectueux de l’environnement

Intervention de Gabriel-Nadeau-Dubois à l’Assemblée nationale sur le droit de manifester

Nous présentons ci-dessous, le tract distribué par Québec solidaire Capitale-Nationale lors du Sommet alternatif du 9 juin dernier ainsi que l’intervention de Gabriel-Nadeau Dubois à l’Assemblée nationale du 11 juin en défense du droit démocratique de manifester.

Le G7 fait fi de l’existence des Nations Unies qui rassemblent tous les pays du monde. En fait, ce club des 7 pays considérés parmi les plus prospères et les plus puissants de la terre, a pour projet de déterminer quels sont les meilleurs moyens à prendre pour asseoir leur hégémonie et s’accaparer du maximum de richesses, le plus souvent au mépris de l’environnement et de l’avenir de la planète.

Un projet illégitime 

Les membres du G7 savent bien que ce projet, qui tend à renforcer les inégalités sociales comme les dérèglements climatiques et les expéditions militaires impériales, est perçu par de larges secteurs de la population comme chaque fois plus illégitime. C’est pourquoi ils doivent protéger leurs rencontres par des murs, des barbelés et par des forces policières de plus en plus nombreuses.

Trudeau, comme Trump et les autres, un représentant du 1%  

Aujourd’hui, les divergences se multiplient dans ce club select. Pourtant le gouvernement Trudeau, hôte du sommet, a clairement réaffirmé son soutien à cette rencontre au sommet, sa confiance en ses résultats. Pas étonnant : comme Trump il soutient l’exploitation des hydrocarbures tirés des sables bitumineux et n’a pas hésité à investir 4,5 milliards $ dans le pipeline de Kinder Morgan afin d’assurer l’exportation de ce pétrole sale. Comme Trump, Macron et les autres dirigeants, il refuse de s’attaquer véritablement aux paradis fiscaux. Comme Trump, Macron et les autres, il refuse de réformer la fiscalité pour assurer une véritable redistribution des richesses. En fait, tous les 7 s’emploient à faire exactement le contraire : en réduisant les impôts des entreprises et des plus riches, ils renforcent les inégalités et encouragent la concentration des richesses dans les mains du 1% le plus riche.

Des conséquences désastreuses pour les pays du sud

Trudeau n’a pas hésité non plus pas à se solidariser avec les aventures militaires des États-Unis et à soutenir le pillage des richesses minières mené par des compagnies canadiennes dans certains pays du sud. Il faut le dire et le redire : les conséquences désastreuses des politiques économiques des pays du G7 subies par les populations du sud ne sont pas considérées à leur juste mesure. Le renforcement des processus migratoires n’en est qu’une des illustrations les plus manifestes, et la seule réponse des pays du G7 a été d’établir des restrictions à l’accueil des réfugiés et des migrants ainsi que de cautionner, voire d’encourager des discours xénophobes à leur endroit.

La mobilisation populaire contre le G7 est essentielle

Elle est essentielle pour dénoncer les inégalités tout comme l’irresponsabilité de dirigeants se refusant à prendre en compte les causes des changements climatiques. Elle est essentielle pour dire non aux politiques de guerres néocoloniales et aux discours racistes et sexistes qui tentent de les justifier.

Québec solidaire défend qu’un autre monde est possible

Un monde construit sur la solidarité sociale, l’égalité des hommes et des femmes, le refus du racisme et le respect de l’environnement ; un monde rendu possible grâce à une mobilisation active et militante menée résolument à l’encontre du club des riches et des puissants !


Extraits de la transcription de l’intervention de Gabriel Nadeau-Dubois à l’assemblée nationale le 11 juin 2019

Le Président : Principale, M. le député de Gouin.
(14 h 40) •
M. Nadeau-Dubois : Merci, M. le Président. On va se le dire, les gens de Québec, les gens de la ville de Québec se sont fait avoir en fin de semaine. On leur avait dit : Barricadez-vous, tous aux abris, il y a une horde de méchants manifestants violents qui s’en vient vous envahir. On a rempli les rues de milliers de policiers, on a fermé le Parlement, on a mis 10 000 fonctionnaires en congé, on a fermé une douzaine d’écoles et de garderies, on a fait voler des hélicoptères pendant trois jours en empêchant les gens de dormir à Québec. Tout ça pourquoi, M. le Président ? Tout ça pour des manifestations très, très majoritairement pacifiques. 400 millions de dollars plus tard, le ministre de la Sécurité publique a des comptes à rendre en termes d’évaluation de la menace. C’est une exagération...

… En termes d’évaluation de la menace, M. le Président, c’est une exagération spectaculaire, un ratage total.
J’aimerais savoir comment le ministre de la Sécurité publique...
Très mauvaise évaluation de la menace. Comment le ministre explique-t-il une situation aussi gênante, une aussi grande disproportion entre les moyens sécuritaires et la menace réelle ?

Le Président : M. le ministre de la Sécurité publique.

M. Coiteux : Dans l’une des tentatives — parce qu’il y a eu trois reprises, malheureusement, pour que la question me soit posée, M. le Président — le député de Gouin m’a demandé de rendre des comptes. Bien, je suis assez heureux de rendre des comptes aujourd’hui, bien honnêtement, là, je suis très, très, très heureux de rendre des comptes parce que, la semaine dernière, tout le monde s’ameutait ici en annonçant, effectivement, du vandalisme, de la casse, des dégâts monumentaux, et la grande question était : Qui va payer ? Qui va payer ?
Bien, savez-vous quoi, M. le Président ? Les comptes à rendre sont les suivants : On a évité une telle situation, on a permis aux gens de manifester en respectant les lois, on a permis aux gens d’énoncer leurs...

M. Coiteux : ...effectivement à du vandalisme, de la casse, des dégâts monumentaux et la grande question était : Qui va payer ? Qui va payer ? Savez-vous quoi, M. le Président ? Les comptes à rendre sont les suivants : on a évité une telle situation. On a permis aux gens de manifester en respectant les lois, on a permis aux gens d’énoncer leurs opinions sur ce qu’ils pensaient de ce G7, de ce qu’ils pensaient de certaines injustices qu’ils voulaient identifier et en même temps, ils l’ont fait dans le calme, dans l’ordre, et les commerces n’ont pas été saccagés et n’ont pas été vandalisés. Il n’y a pas eu de violence. Alors, on a tout lieu d’être heureux de cette situation, et ce n’est pas sans lien avec les mesures policières qui ont été mises de l’avant et je dis : Bravo aux forces policières, qui ont fait un travail remarquable.

Le Président : Première complémentaire, M. le député de Gouin.

M. Nadeau-Dubois : M. le Président, le ministre ne répond pas à ma question. On a paralysé la région pendant trois jours. Il y a des gens qui ont vu leur ville, leur quartier transformé en forteresse militaire. Je ne niaise pas, M. le Président, il y avait des mitraillettes, là, des vraies mitraillettes dans les rues de Québec.
Est-ce que le ministre trouve ça normal ? C’était ma question. Est-ce qu’il trouve ça normal, en démocratie, une aussi grande disproportion entre la manifestation de force des forces policières et les manifestations qui, elles, étaient très, très majoritairement pacifiques ?

Le Président : M. le ministre de la Sécurité publique.

M. Coiteux : Et une démocratie, M. le Président, une démocratie en santé permet à ses citoyens de s’exprimer librement et évite la violence et la casse. Et c’est exactement le type de démocratie qu’on a au Québec et, effectivement, il n’y a pas eu personne qui a été brimé dans ses droits. Il y a des itinéraires qui ont été annoncés, il y a des gens qui ont manifesté dans la paix, dans l’ordre, qui ont émis leurs opinions. Les gens qui regardaient à la télévision... ils étaient interviewés, ils pouvaient exprimer toutes leurs opinions, mais il n’y a pas eu de casse, il n’y a pas eu de violence, et ce n’est pas sans lien avec les stratégies policières qui ont été mises en place. Alors, encore une fois, on doit se réjouir. Si le collègue de Gouin ne se réjouit pas, je me demande : Qu’est-ce qu’il aurait souhaité ?

Le Président : En terminant.

M. Coiteux : Mais, en fait, on a maintenu la paix.
Le Président : M. le député de Gouin, en deuxième complémentaire.

M. Nadeau-Dubois : M. le Président...

Des voix : ...
Le Président : S’il vous plaît, j’aimerais l’entendre, le député de Gouin. M. le député de Gouin.

M. Nadeau-Dubois : M. le Président, le caractère prévisible des allusions du ministre me fait sourire. On est en démocratie, la liberté d’expression, c’est fondamental, et à La Malbaie, on a organisé, on a aménagé un enclos à manifestants. Est-ce que c’est ça, pour le ministre de la Sécurité publique, un exercice sain de la liberté d’expression, en démocratie, un enclos à manifestations ? Est-ce qu’il est fier de ça, lui ?

Le Président : M. le ministre de la Sécurité publique.

M. Coiteux : Je ne sais pas, M. le Président, pour le député de Gouin, ce qu’est une manifestation réussie.
Des voix : Ha, ha, ha !

M. Coiteux : En ce qui me concerne, comme ministre de la Sécurité publique, une manifestation réussie c’est une manifestation au cours de laquelle les gens ont exprimé leurs opinions en toute liberté et qu’on ait en même temps évité de la violence, qu’on ait évité de la casse et qu’on ait protégé...

Gabriel Nadeau Dubois présente un motion

M. Nadeau-Dubois : Il y a de la fébrilité aujourd’hui, hein ? Ça parle.
Alors, M. le Président, je demande le consentement de l’Assemblée pour débattre de la motion suivante conjointement avec le député de Verchères, la députée de Vachon, le député de Gaspé :

« Que l’Assemblée nationale affirme que les manifestations sont un moyen légitime pour les citoyens de faire connaître leur point de vue et que les mesures de sécurité ne doivent pas avoir pour effet de limiter ce droit ;
« Que l’Assemblée nationale dénonce les coûts astronomiques pour l’organisation et la sécurité liées au G7 ainsi que les effets négatifs vécus par les citoyens et les pertes encourues par les commerçants. »

Pas de consentement au débat !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : G7

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...