Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Les brèves électorales

Québec solidaire s’attaque au pouvoir des fédérations médicales

Le 29 août 2018 - S’il est élu le 1er octobre prochain, Québec solidaire négociera dans les 100 premiers jours de son mandat une nouvelle entente avec les médecins spécialistes afin de réduire leur rémunération de 12%. Dans un deuxième temps, un gouvernement solidaire reverra le mode de rémunération des médecins, ont annoncé ce matin les porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois, accompagnés pour l’occasion de Vanessa Roy, candidate dans Verdun et porte-parole en matière de santé, et de la candidate Valérie Delage, qui accueillait la tournée solidaire dans sa circonscription de Trois-Rivières.

Québec solidaire souhaite donner aux médecins exactement ce qu’ils réclament : la parité avec l’Ontario. Pour y arriver, un gouvernement solidaire réduira de 12% la rémunération des médecins, une mesure qui rapportera 925 millions $ à l’État québécois.

Entre 2005 et 2014, la rémunération moyenne des médecins est passée de 237 000$ à 400 000$. Elle est aujourd’hui 8 fois plus élevée que le salaire moyen des autres employé.es du réseau de la santé. Il y a donc un réel problème avec le surfinancement des médecins, qui entraîne un sous-financement des autres services de santé de première ligne, croit Gabriel Nadeau-Dubois.

« Depuis 15 ans, François Legault, Philippe Couillard et Gaétan Barrette ont fait preuve d’une grande complaisance à l’égard du lobby des médecins spécialistes. Ils ont laissé les dépenses publiques en rémunération médicale doubler. Pour la première fois dans l’histoire des négociations du gouvernement québécois, le principe qui va régir nos discussions avec les médecins ira dans le sens de l’intérêt des patients, du peuple », a-t-il déclaré.

Un nouveau mode de rémunération solidaire

Québec solidaire compte également réviser le mode de rémunération des médecins afin de réduire la part de rémunération à l’acte, qui entre en conflit avec les intérêts généraux de la population et du réseau de santé public.

« La rémunération à l’acte, c’est la vache sacrée du pouvoir médical en santé. Plus les médecins effectuent d’actes, plus ils augmentent leurs revenus. Le gouvernement prétendait que la rémunération à l’acte allait augmenter leur productivité, alors qu’on se rend compte qu’elle a eu l’effet inverse. Si on veut améliorer le réseau de santé, il faut repenser les modes de rémunération. C’est la racine du problème », a fait valoir Vanessa Roy.

Un gouvernement solidaire privilégiera un mode de rémunération mixte axé sur le salariat. Selon le contexte de travail et le type d’établissements, les modes de rémunération combineront le paiement à l’heure, le paiement à la capitation ou à la performance. Le parti veut faire du salariat le mode de rémunération prédominant dans les établissements publics.

Les impacts en Mauricie

« Sur le terrain, les effets de la politique du tout-aux-médecins se font sentir depuis trop longtemps. Ici, en Mauricie, on remarque une importante pénurie de main d’oeuvre en santé et des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les infirmières ou les préposé-es aux bénéficiaires. La Mauricie a besoin d’un gouvernement qui se tient debout devant le pouvoir médical et qui redistribue le budget de la santé équitablement entre l’ensemble des acteurs du réseau », a martelé la candidate Valérie Delage, qui brigue les suffrages dans Trois-Rivières.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Les brèves électorales

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...