Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Qui va payer ?

Un discours d’épouvante répandu dans la population consiste à se demander frénétiquement « Qui va payer ? » « Qui va payer pour les services publics ? Qui va payer pour la dette ? Qui va payer pour les retraites ? »

Dans la réalité, c’est une fausse question. Le paiement ne se fera pas dans le futur. Il se fait dès maintenant, il a même toujours été là. Quant à savoir qui, c’est très simple : C’est nous, nous tous. Nous payons depuis toujours, nous payons actuellement et nous continuerons à le faire.

Enfin, pas tous, parce qu’il y en a qui payent le moins possible et qui mettent leurs avoirs à l’abri. Ce sont les grandes entreprises et les très riches, qui ont des rémunérations en options d’achats, qui reçoivent des primes quand ça va bien dans leur banque, et qui reçoivent les mêmes primes quand ça va mal dans leur banque, qui placent des sommes faramineuses dans des paradis fiscaux, qui achètent toutes de sortes de produits dérivés sur lesquels il n’y a pas de taxation.

C’est drôle, mais personne ne nous demande qui paye pour ça. C’est pourtant nous qui payons les salaires et les primes de ces grosses légumes, comme nous payons aussi tous les salaires des grandes vedettes du hockey, car chaque fois que nous achetons notre boîte de céréales ou notre tube de dentifrice, nous payons dans le prix d’achat le coût de la publicité, le coût des droits de télévision, de même que nous payons aussi avec nos impôts les généreuses subventions et les nombreuses exemptions fiscales que reçoivent ces si gentils hommes d’affaires, ces si aimables grandes entreprises.

Nous payons toujours pour tout, et c’est très bien quand ça passe par la distribution progressive de la contribution fiscale parce que ça permet à tout le monde de contribuer aux services collectifs que nous nous offrons. C’est moins bien quand certains, sous prétexte qu’ils gagnent beaucoup plus que la moyenne, veulent soustraire ces surplus à la cotisation fiscale, ce que les salariéEs de la classe moyenne ne peuvent se permettre.

Prétendre que ce n’est pas juste que les contribuables paient pour le régime de retraite des employés municipaux, c’est assez bizarre, parce que le régime de retraite, il fait partie des conditions salariales. Alors pourquoi accepterions-nous de payer pour le régime de retraite des députés, des ministres, des médecins, des banquiers ? Nous le faisons pourtant. En entendez-vous qui vous posent ces questions ?

Chaque fois qu’on achète un produit, on paye le salaire et le régime de retraite des employéEs et des cadres de l’entreprise qui le fabrique. Bon, c’est sûr, si vous achetez chez Walmart, là vous payez surtout le salaire des proprios parce que, les « associés », ils paient pratiquement pour travailler.

Quand des gens qui veulent notre bien essaient de nous effrayer avec « qui va payer ? », ils ne nous proposent pas que nous payions moins à l’avenir, ils nous proposent que nous payions plus dès maintenant et pour toujours, tout en nous offrant moins de services pour que les grands et les puissants de ce monde continuent à jouer à la roulette, pour qu’on oublie qu’on pourrait taxer les transactions financières, qu’on pourrait limiter les primes astronomiques, qu’on pourrait contrôler les mouvements de capitaux vers les paradis fiscaux, qu’on pourrait instituer de meilleures protections sociales, qu’on pourrait réglementer les loyers...

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...