Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Réaction de la FTQ Construction à l'annonce du gouvernement

MONTRÉAL, le 27 juin 2018 - Le gouvernement a annoncé la mise sur pied d’un comité indépendant pour étudier les modifications faites au règlement sur la formation des grutiers et grutières. La FTQ Construction va utiliser tous les moyens possibles pour ramener le règlement tel qu’il était, cela veut dire : donner une chance au comité indépendant.

La FTQ Construction reste convaincue que la modification au règlement n’est pas justifiée et fera toutes les représentations nécessaires pour que le comité indépendant comprenne cette position. Elle participera à leurs travaux et donnera une chance à ce processus.

Une question de santé et sécurité

L’industrie de la construction est le milieu de travail le plus mortel au Québec. Chaque année, une cinquantaine de travailleurs et travailleuses de la construction décèdent suite à des accidents. En 1989, employeurs et syndicats de grutiers, ministère de l’Éducation, CSST et CCQ sont arrivés à la conclusion que la solution passait par la formation professionnelle pour réduire les accidents impliquant une grue ou un camion flèche. Un DEP totalisant 870 heures de formation théorique et pratique fut institué, sous l’égide du ministère de l’Éducation. Cette formation est complète et comprend des enseignements en milieu sécurisé et encadré. 

L’impact positif du DEP

Les résultats en matière de santé sécurité du DEP obligatoire sont indéniables. Depuis la mise en place de la formation professionnelle, le nombre de décès impliquant une grue a chuté, passant d’une moyenne annuelle de 4,5 décès à 1,5, soit une réduction de l’ordre de 66%. Rappelons aussi une baisse significative du nombre de lésions causées aux autres travailleurs lors des opérations d’appareils de levage.

L’opération d’un appareil de levage comporte une grande et incontestable responsabilité de protection à l’égard des autres travailleurs du chantier, de l’équipement sur place et de la population en général. L’environnement d’un grutier n’est pas seulement sa cabine, mais bien la circonférence pouvant être atteinte par la grue. 

Il n’y a pas de pénurie

Depuis plusieurs années, le patronat de la construction plaide qu’il y aurait une pénurie de grutiers. Or, selon les chiffres de la CCQ, entre 15% et 20% des grutiers n’auraient pas fait plus de 200 heures entre 2015 et 2016. Suffisamment de personnes possèdent actuellement des cartes de métier de grutier pour faire fonctionner les chantiers du Québec, il n’y a pas d’urgence à réduire les exigences de formation au détriment de la sécurité des travailleurs et de la population. 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...