Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Recherche : réorientation sexuelle innée ou acquise Une étude soutient qu’être « 100% hétéro » n’est pas possible

D’après une (nouvelle) étude scientifique, il se pourrait bien qu’aucune personne, ni homme, ni femme, ne puisse être hétéro à 100% !

tiré de : L’épanouissement de Marvin De Infolettre de Fugues

Les orientations sexuelles des hommes et des femmes ne seraient pas nécessairement régies entièrement par une norme biologique. D’après une nouvelle étude publiée dans le Journal of Personnality and Social Psychology, il se pourrait bien qu’aucune personne ne soit vraiment hétéro à 100%. Cette recherche a conclu que les normes sociales auraient un impact sur l’orientation sexuelle.

Personne n’est hétéro à 100%

Des chercheurs ont étudié plusieurs cas pour confirmer que personne n’est hétéro à 100%. Ils ont sélectionné plusieurs hommes et plusieurs femmes. Puis ils ont demandé à ces derniers de regarder des films X mélangeant hétérosexualité, mais aussi homosexualité. Ils ont alors cherché à comprendre si les personnes qui regardaient ces films pour adulte étaient physiologiquement soumises à une excitation sexuelle. Pour le savoir ils ont travaillé sur le dilatement des pupilles.

Les chercheurs ont travaillé plusieurs jours avec les volontaires. Et ils ont observé que les pupilles des femmes se dilataient lorsqu’elles voyaient un homme et une femme en plein ébat sexuel. Mais aussi lorsque deux femmes avaient recours à une activité sexuelle.

Un phénomène observable chez les hommes : Et les hommes aussi sont visiblement touchés par ce phénomène. L’auteur de cette étude et directeur de la psychologie du développement à l’Université Cornell a expliqué cet événement. Ritch C Savin-Williams a confié : « Lorsque nous montrons aux hommes hétéros la photo d’une femme en train de se masturber, on constate que physiologiquement il y’a une excitation ».

« Mais ensuite lorsque vous leur montrez aussi un homme qui se masturbe, leurs yeux se dilatent également. Nous sommes en mesure de démontrer que physiologiquement aucune personne ne peut se dire homosexuel, hétéro, ou bisexuelle » en conclu Ritch C Savin-Williams. Il a aussi ajouté que les normes sociales auraient un impact direct sur l’orientation sexuelle d’une personne.

Dernière mise à jour le 29 mars 2018

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...