Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Laïcité

Réflexion sur le projet de laïcité de la CAQ, ciblant l’islam

Au nom du principe noble de la « laïcité de l’État », la CAQ de François Legault souhaite interdire les signes religieux chez les personnes en position d’autorité, en incluant les enseignants.es de l’école primaire et secondaire.

Tiré du blogue de l’auteur.

La vraie laïcité de l’État, celle qui nous est chère, est le principe de séparation de l’État et du pouvoir religieux. Puisque la confession majoritaire au Québec est le catholicisme, on peut reconnaître que cette laïcité est réglée depuis la Révolution tranquille, l’Église de Rome n’intervient pas dans les affaires de l’État.

C’est l’État qui doit être laïque et non les individus. Notre société est pluraliste, il n’y a pas de mal à ce que nos représentants.es illustrent cette pluralité. Puis l’interculturalisme n’a pas à devenir de l’assimilationnisme.

La « menace »

Depuis les attentats du World Trade Center le 11 septembre 2001, et les guerres au terrorisme qui s’en sont suivies, il s’est développé une crainte particulière de l’islam en Occident. Les manifestations de cet islam dans la sphère publique provoquent le malaise, principalement parce que les perceptions ont changé : plus que jamais, on associe cette religion à un danger, un ennemi, voire de la « barbarie ».

Comme l’a écrit par exemple le chroniqueur Mathieu Bock-Côté dans le principal média québécois : « Le voile est un instrument de combat symbolique. Il sert à marquer la présence de l’islam politique dans l’espace public », « Il représente une logique d’apartheid appliquée aux femmes. (…) il entre en contradiction avec notre civilisation » (30 mai 2018).

Bref, bien que les statistiques démontrent que moins de 1% de la population québécoise fréquentent les mosquées (et que ces gens ne sont nullement une « menace »), les caquistes voient urgence à nous prémunir contre une soi-disant menace à la laïcité.

La neutralité religieuse vaut-elle pour toutes les confessions ?

Qu’on se dise les vraies affaires, ces projets d’interdiction des signes religieux sont en réalité le procès de l’islam. Personne ne pense sérieusement que les catholiques en souffriront, ni les bouddhistes, les taoïstes, etc. On est certes prêt à sacrifier quelques personnes de confession juive ou sikhe – qui en subiront les lourdes conséquences – mais on cible d’abord et avant tout les musulmans.es.

« La religion, ça reste à la maison »

Les signes religieux comme le hidjab, le turban sikhe ou la kippa ne peuvent pas être retirés n’importe quand comme bon nous semble. Interdire ces signes dans le milieu professionnel revient à discriminer certaines minorités religieuses, alors que des personnes tout aussi croyantes, mais issues de la religion majoritaire, auront le privilège de pouvoir continuer à exercer les emplois de juges, enseignants.es ou gardiens de prison.

On instrumentalise donc des principes universalistes pour, en fait, mettre les bâtons dans les roues d’un islam qu’on croit menaçant. Ce moins de 1% de femmes qu’on ne voudrait pas voir en position d’autorité ?

L’argument le plus récurrent, à la défense de ces projets de loi discriminatoires, est que le « voile islamique » serait lui-même un symbole de soumission de la femme, donc en soi sexiste et misogyne.

Mais nous sommes au Québec : les femmes sont libres de porter ce qu’elles veulent et tout porte à croire que le hidjab, par exemple, est une expression de foi et chaque personne vit sa foi à sa manière. Rien ne laisse croire qu’une femme portant le hidjab serait plus soumise qu’une femme portant le crucifix, ou qu’une femme juive, etc.

C’est en défendant la liberté et les droits des minorités que le Québec demeurera un État libre, loin des dictatures et du fascisme.

Si la CAQ souhaite faire la guerre au « voile islamique », au risque d’alimenter les tensions sociales et de nourrir l’essor des groupes haineux, qu’elle le dise franchement. C’est à la CAQ de nous démontrer qu’il y a urgence, le fardeau de la preuve lui revient. Jamais une loi discriminatoire ne pourra atténuer ces tensions sociales, elle va les exacerber.

De plus la CAQ espère réduire les seuils d’immigration.

Le procès des nouveaux arrivants, des minorités culturelles et religieuses ne fait que commencer…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Laïcité

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...