Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Renouvellement de la convention collective des cols blancs de Lévis - Le syndicat accuse la Ville d'ingérence et de mauvaise foi (SCFP)

LÉVIS, le 30 sept. 2014 - Hier, lundi 29 septembre, la Ville de Lévis a transmis directement à ses employés cols blancs une offre globale pour le renouvellement de leur convention collective. Selon leur syndicat, section locale 2927 du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), l’employeur a ainsi agi illégalement. « C’est un accroc aux règles élémentaires de la négociation collective. Notre syndicat est le seul agent négociateur dûment accrédité », a insisté Hélène St-Pierre, présidente du syndicat des cols blancs de Lévis.

Le syndicat va prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à de telles manœuvres. « Tout nous porte à croire que l’employeur l’a fait exprès et dans l’intention de nuire au syndicat. En nous contournant ainsi, il s’ingère dans nos affaires syndicales et négocie de mauvaise foi. C’est très irrespectueux envers les salariés que nous représentons, a déploré la présidente. En plus, si on examine le contenu de ce qui a été envoyé aux membres, on découvre des éléments douteux sur le plan juridique. »

Après plus de quatre ans de négociations, le syndicat déplore que l’incident empêche de régler des questions comme le régime de retraite, la nouvelle structure salariale et le sort des employés « temporaires » qui travaillent de façon permanente et récurrente à la Ville de Lévis.

« Avant et après son élection, le maire Lehouillier a fait le tour des lieux de travail en mentionnant qu’il était très préoccupé par la question des faux temporaires. Il s’était engagé à régler le problème. Il disait qu’il ne pouvait concevoir qu’il y ait autant d’employés dans cette situation », selon Hélène St-Pierre.

Le SCFP 2927 est toujours en attente d’une réponse de l’employeur à la contre-offre qu’il a déposée en présence de la conciliatrice le 19 septembre dernier. Il représente environ 500 employés cols blancs à la Ville de Lévis. Leur convention collective est échue depuis le 31 décembre 2008. Les augmentations salariales de 2009, 2010 et 2011 avaient fait l’objet d’une lettre d’entente.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...