Édition du 21 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

SNCF : à gauche, le « tous ensemble » prend forme

Douze organisations politiques de gauche s’affichent unies contre la politique d’Emmanuel Macron et en soutien aux cheminots grévistes.

C’est la deuxième conférence de presse unitaire en moins de dix jours. Ce matin, tout ce que la gauche compte de petits et de grands partis s’est retrouvée au Centre de tri postal de la gare de Lyon. Dans la cour carrée, lieu hautement symbolique – c’est là où sont d’ordinaire organisées les assemblées générales des cheminots –, douze représentants de douze organisations politiques (dont la France insoumise, Génération.s, le PCF, EELV, le NPA, Ensemble !, Alternative libertaire...) ont pris la parole tour à tour.

Tiré de Politis.

C’est un syndicaliste de Sud-Rail qui a accueilli ce « club des 12 », le syndicat étant le seul officiellement représenté. Si quelques CGTistes étaient dans le « public » composé essentiellement de journalistes, la direction de la CGT avait décidé au dernier moment de bouder la rencontre après que des bisbilles entre centrales sont apparues sur les modalités de la grève – la CGT plaidant pour une grève deux jours sur cinq, Sud pour annoncer d’emblée une grève quotidienne longue.

« Quelque chose est peut-être en train de déborder »

Si, à trois jours du début de la grève à la SNCF, ce n’est pas l’amour fou côté syndical, côté politique en revanche, l’heure est à une concorde qu’on n’avait pas vue depuis longtemps. Au micro, Éric Coquerel venu représenter la France insoumise aux côtés de Clémentine Autain, mais aussi de Danielle Simonnet, du Parti de gauche, a fait mine de s’étonner : « Je vois que certains journalistes sont surpris de nous voir tous ensemble ». Puis d’expliquer qu’« à attaque inédite [de l’État social], une réponse inédite » se devait de voir le jour.

Premier à avoir pris l’initiative de lancer une mobilisation unitaire derrière les cheminots il y a quelques semaines, Olivier Besancenot, porte-parole du NPA, a insisté sur le fait que les cheminots n’étaient pas seuls :
Il y a aussi des mobilisations dans la finance publique, à Air France, dans les facs… Il y a quelque chose qui est peut-être potentiellement en train de déborder. C’est pour ça qu’il faut y aller ensemble, et pas en ordre dispersé.

Gérard Filoche, l’ancien socialiste à la tête du collectif Démocratie et Socialisme, a abondé dans le même sens, dénonçant une « vindicte politique contre le salariat » en général. « On disloque la République quand on supprime les services publics », a ajouté Benoît Hamon, l’autre ex-socialiste de l’affaire. Et le fondateur du mouvement Génération.s d’avertir : « Derrière [la volonté de transformer la SNCF], ce qui est visé, c’est l’ensemble des services publics qui reliaient les citoyens entre eux. Si cette digue là tombe, la vague nous submergera. »

Quitte ou double

Dans le fond, la gauche en est persuadée : la mobilisation qui s’annonce est un jeu à quitte ou double. Soit le mouvement social, aiguillé par les cheminots et épaulé par la gauche politique, arrive à créer le rapport de forces avec Emmanuel Macron. Soit il échoue, auquel cas c’en sera fini pour des années de la résistance des Français au néolibéralisme. Éric Coquerel n’a pas hésité à comparer la mobilisation actuelle et celle des mineurs anglais au temps de Margaret Thatcher, et Lucien Jallamion, pour République et Socialisme, a prévenu : "Si les cheminots n’y arrivent pas, ce sera l’effet domino."

Enfin, David Cormand a solennellement appelé, au nom d’EELV, Nicolas Hulot, ministre d’État à la Transition écologique, et chargé à ce titre de chapeauter le ministère des Transports, à se positionner sur les dégâts écologiques suscités par un affaiblissement de la SNCF. « Nicolas Hulot ne peut pas rester silencieux car c’est [le secteur de] la route qui est en train de gagner. » L’adresse est lancée. Pour l’heure, le ministre n’a pas encore répondu.

Pauline Graulle

Collaboratrice à la revue Politis (France).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...