Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé au travail

Services à domicile - 7 professionnels sur 10 vivent de la détresse psychologique (APTS)

LONGUEUIL, QC, le 25 mai 2017 - L’APTS participe aujourd’hui et demain au Forum sur les meilleures pratiques en soutien à domicile. « Les ergothérapeutes, travailleurs sociaux, physiothérapeutes et nutritionnistes, entre autres personnes professionnelles qui sont au cœur des services à domicile (SAD), espèrent que cet événement débouchera sur de véritables solutions, et non pas de simples vœux pieux. Nous souhaitons que le ministre Barrette tienne compte des besoins spécifiques de chaque région et de leur population respective, indique la présidente de l’APTS, Carolle Dubé. Il ne sert à rien d’étendre des pratiques mur à mur sans tenir compte de ces réalités. »

Les personnes les plus vulnérables, dont les personnes âgées, ont subi de plein fouet les contrecoups des compressions dans le réseau de la santé et des services sociaux au cours des dernières années. « Il est temps de le reconnaître et d’agir en conséquence », insiste la présidente. Les professionnels du secteur des SAD ont également été particulièrement ciblés par des projets d’optimisation mal avisés, qui incluaient entre autres le minutage des interventions faites auprès des patients. La paperasse et les redditions de compte ont également été décuplées.

Les compressions, combinées aux réorganisations et à la surcharge de travail, ont des effets concrets sur la santé mentale des intervenants. En effet, selon un sondage réalisé par l’APTS auprès de ses membres 7 professionnels en SAD sur 10 disent éprouver de la détresse psychologique. « Ce Forum doit être l’occasion d’aborder de front la santé mentale et l’épuisement des intervenants, lance Carolle Dubé. Nous attendons des mesures concrètes sur ce front. »

Pour l’APTS, les services à domicile peuvent contribuer à résoudre le problème récurrent de l’engorgement des urgences. « En investissant dans les ressources nécessaires en prévention, notamment en réadaptation, nous pourrions éviter que beaucoup de personnes se rendent à l’urgence, faute de soins. Pour le moment, nos membres nous disent qu’ils n’ont du temps que pour gérer les cas les plus lourds. Le ministre doit donner les moyens aux professionnels de réaliser des interventions précoces auprès des patients afin d’éviter que leur état s’aggrave », s’enflamme la présidente.

Ce n’est toutefois pas qu’une question d’argent. « L’autonomie des professionnels doit être revalorisée afin de leur permettre d’exercer pleinement leurs compétences, sans entraves inutiles. Les établissements doivent mettre fin à l’interchangeabilité des intervenants. En effet, ce n’est pas vrai qu’un ergothérapeute peut faire le même travail qu’un physiothérapeute, et vice-versa, comme semblent le penser certaines directions d’établissements. Les aînés et les personnes en perte d’autonomie méritent de recevoir les meilleurs services possibles, ajoute Carolle Dubé. C’est le message principal que nous lancerons aujourd’hui et demain. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé au travail

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...