Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Sortons la caisse du carbone, une fois pour toutes !

Saviez-vous que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) investit une part significative de l’épargne des Québécois et des membres du SFPQ par l’entremise du régime de retraite du secteur public (RREGOP) dans les énergies fossiles ? Ces investissements sont évidemment incompatibles avec l’Accord de Paris et la science du climat. Ils sont aussi de plus en plus risqués alors que la transition énergétique s’accélère et que les actifs de combustibles fossiles sont déjà̀ fortement dévalués ou risquent de l’être dans un avenir rapproché.

Conscient de cette réalité, l’Exécutif national du SFPQ a pris la décision d’appuyer la coalition Sortons la caisse du Carbone. En décembre 2018, lors de la COP 24, la coalition compte publier le nom des grandes organisations syndicales qui appuient le désinvestissement progressif des énergies fossiles, ceci au niveau des fonds de retraite dans lesquels leurs membres cotisent, notamment ceux gérés par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

Depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015, la Caisse a augmenté́ ses investissements dans les énergies fossiles.

En 2017, la CDPQ a même atteint le triste record de 18,5 milliards de dollars* alors que la proportion dans les énergies fossiles est maintenant de 6,2 % de son portefeuille. Avec notre argent, la CDPQ finance, entre autres, la construction de pipelines et l’expansion des sables bitumineux, détenant des actifs dans Enbridge, TransCanada et Kinder Morgan, pour ne citer que trois exemples.

Qui plus est, ces investissements dans le pétrole ont connu des rendements à la baisse ces dernières années, raison de plus d’en diminuer l’importance dans le portefeuille de la caisse.

En avril dernier, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) rendait public son premier rapport sur ses investissements durables. Elle s’engage à augmenter ses investissements faibles en carbone de 8 milliards de dollars d’ici 2020 et à réduire de 25 % son empreinte carbone d’ici 2025.

Le mouvement Sortons la Caisse du carbone a salué l’initiative de la Caisse, mais souhaite qu’elle s’engage à réduire plus rapidement ses investissements dans les projets et les compagnies d’hydrocarbures les plus polluants, à commencer par le charbon et les sables bitumineux.

Dans le monde, déjà près de 900 institutions gérant 6 150 milliards $ d’épargnes ont choisi la voie du désinvestissement dans le carbone. Il est plus que temps pour la CDPQ de s’engager dans une véritable transition écologique.

Vous pouvez vous aussi faire votre part en signant une lettre électronique adressée au PDG de la CQDP, M. Michael Sabia, pour lui demander de désinvestir des combustibles fossiles immédiatement : http://sortonslacaisseducarbone.org/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...