Édition du 26 juin 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Économie

Stratégie numérique du Québec - « Une coquille vide à 1,5 milliard $ », estime Amir Khadir

MONTRÉAL, le 13 déc. 2017 - Attendue de pied ferme, la stratégie numérique de la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, est une coquille vide qui coûtera 1,5 milliard de dollars aux contribuables du Québec, déplore le député solidaire de Mercier, Amir Khadir.

« C’est malheureux, car il est plus que temps de doter le Québec d’une stratégie numérique digne de ce nom. L’intention de Mme Anglade est louable et sa stratégie met le doigt sur des problèmes bien réels, mais la ministre est restée très silencieuse sur les moyens d’atteindre ses nombreux objectifs. Comment va-t-elle s’assurer qu’Internet haute vitesse soit enfin accessible partout au Québec ? Comment va-t-elle s’assurer que l’offre culturelle québécoise soit davantage disponible sur les réseaux numériques ? Je recommande à Mme Anglade d’éviter la langue de bois de sa collègue d’Ottawa, Mélanie Joly, et de présenter rapidement l’ensemble des morceaux de son « casse-tête ». La population en a assez des grandes annonces creuses », a affirmé M. Khadir.

En outre, la stratégie numérique du gouvernement ne règle pas l’absence d’encadrement du commerce en ligne, qui avantage les multinationales comme Amazon et Netflix au détriment des entreprises d’ici.

« Pour répondre aux objectifs de la stratégie de la ministre Anglade, les entreprises québécoises devront rehausser leur intensité numérique de 50 % en ayant, par exemple, davantage recours au commerce en ligne. Or, ces entreprises doivent payer des taxes pour exercer cette activité, mais pas les multinationales qui leur font concurrence. C’est une injustice fiscale qui continuera de pénaliser nos entreprises et qui pourrait nous coûter de nombreux emplois. Mme Anglade aurait pu faire d’une pierre deux coups en appelant le ’projet de loi Netflix’ de Québec solidaire qui vise à encadrer le commerce en ligne et qui rapporterait à l’État au moins un milliard de $ sur cinq ans », a ajouté Amir Khadir.

Promesse impossible à tenir

Amir Khadir invite aussi le gouvernement à s’assurer qu’il pourra véritablement rendre possibles les interactions numériques entre 100 % des citoyens et le réseau de la santé et des services sociaux, alors que le « bordel » règne toujours dans les contrats informatiques du gouvernement.

« C’est le bordel informatique au Québec et ça dure depuis des années. Le ministre responsable des contrats en informatique, Robert Poëti, est lui-même submergé et a déposé le projet de loi 135 pour l’aider à voir plus clair dans le dossier. Mme Anglade peut-elle sérieusement promettre une interaction numérique avec le réseau de la santé aux citoyens et aux citoyennes ? Encore cette semaine, Radio-Canada révélait que l’ensemble de l’administration publique peine à réduire le nombre de consultants privés pour ses contrats informatiques ! » a lancé M. Khadir. Selon le Conseil du trésor, le nombre de postes à combler en informatique est passé de 488 en 2015 à 707 en 2016.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Économie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...