Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Mouvement contre le racisme

Sur la couverture médiatique des manifs d’extrême-droite

Une grande absente, lors de la manif du 25 novembre, fut la notion d’« extrême-droite », pratiquement passée sous silence à RDI et LCN, qui couvraient l’événement en direct. Pourquoi ne pas appeler un chat un chat ? Tout le gratin des forces néo-fascistes québécoises était là, rassemblé : Soldiers of Odin, Storm Alliance, III%, La Meute et son imposante « cellule de sécurité », Northern Guard, Front patriotique du Québec, Atalante Québec…

Tiré du blogue de l’auteur.

Les mastodontes amateurs en tenue parapolicière (pour ne pas dire paramilitaire) étaient partout :

Les médias francophones, timorés, osaient à peine les qualifier, du bout des lèvres, de « droite identitaire », ou simplement de groupes « de droite ».

Du côté anglophone, les médias n’ont guère hésité à utiliser le terme « far right » qui était tout à fait approprié (CBC, CTV, Montreal Gazette, Global News, The Link, RT, National Post, etc.) :


Certes, ces groupes (spécialistes du déni) vont plaider la “québécophobie”, mais c’est plutôt l’inverse qui doit inquiéter : pourquoi les médias francophones hésitent-ils à heurter la sensibilité de nos fachos locaux ? En leur accordant le bénéfice du doute, on les normalise, en utilisant des termes qui leur plaisent, on les rend socialement acceptables.

Quelques faux pas

Le Journal de Montréal semblait impatient de couvrir les échauffourées appréhendées.

Dès le vendredi soir, il a publié un article annonçant que des manifestants.es étaient « déjà sur place », sans prendre la peine de préciser s’ils étaient dans le camp des antifas ou de l’extrême-droite :

Le hic c’est qu’en regardant les photos, la manifestation n’avait rien à voir avec La Meute et la Storm Alliance. Il s’agissait clairement d’une manif écologiste pour la défense de l’eau. Oups…

Mais bon, pour Québécor, c’est du pareil au même : tiens-toi tranquille ou, encore mieux, reste donc chez vous…

Pour ce qui est de la couverture de la manif le lendemain, c’était tout aussi laborieux.

Il y eut par exemple le chef d’antenne à LCN qui nous éclaira : « On reconnaît la patte d’ours, emblématique de La Meute »…

Et quand les néo-nazis d’Atalante Québec et des Soldats d’Odin montèrent sur les remparts, une journaliste de LCN nous expliqua qu’il s’agissait d’antifas venus crier « très fort » contre La Meute…

L’effet perroquet

En plus d’un traitement erratique de l’information, LCN et RDI se contentèrent trop souvent de rapporter mot pour mot les messages de propagande véhiculés par les différents porte-parole, qui avaient muselé leurs membres.

Une journaliste nous rassurait en ce sens en répétant « qu’ils tiennent à dire qu’ils ne sont pas « contre l’immigration » ».

Le chef de La Meute, Sylvain « Maikan » Brouillette, sortait les violons en affirmant qu’il aimait les discours de gauche comme de droite, tant qu’ils étaient constructifs, alors que le président de Storm Alliance,Dave Treggett, trébuchait dans ses phrases :

« Ce qu’on demande aux gens c’est de venir dénoncer leur mécontentement envers les Libéraux » (TVA Nouvelles).

À Radio-Canada, une jeune journaliste présenta aussi un reportage qui manquait cruellement de mordant, de sorte qu’on faisait plus de publicité à La Meute qu’autre chose. Même l’invraisemblable « Général Lee de la Mauricie » fut interviewé et passa pour un manifestant raisonnable :

Dans ce même reportage, la chef de Clan de la Mauricie, Johanne Beaulieu raconta que les propos racistes ne sont pas tolérés dans La Meute, les membres exclus pouvant ainsi se retrouver dans d’autres groupes plus radicaux, comme la Storm Alliance ou les Soldiers of Odin… Pourquoi manifester avec eux alors ?

Ce qu’il en est vraiment

Les gens exclus de La Meute, par exemple René Blaireau – qui a déjà déclaré être un admirateur d’Adolf Hitler – peuvent réintégrer le groupe dès que l’attention médiatique s’estompe :

Comme l’a remarqué Le Troupeau, les Meutons jouent sur deux tableaux, en prétendant officiellement être tout à fait distincts des autres groupes racistes, tout en manifestant à leurs côtés et en ne tarissant pas d’éloges à leur endroit, en privé.

Le co-dirigeant de La Meute, Éric Proulx, a ainsi fait preuve d’un manque de discernement inouï en « likant » le dernier statut du groupuscule de boneheads néonazis Atalante, par un « gros cœur » :

Ce même Éric Proulx y est aussi allé d’un vibrant hommage aux Soldiers of Odin, eux aussi formés essentiellement de boneheads haineux :

Bref, il s’agissait vraiment d’une manifestation d’extrême-droite et nous avons besoin de la vigilance des grands médias pour freiner leur essor, et non pour leur faire de la pub…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Mouvement contre le racisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...