Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Violence faite aux femmes

Trois syndicats quittent le comité de lutte contre les violences sexuelles de l'UQO (SCCC-UQO)

GATINEAU, QC, le 12 déc. 2017 - Les syndicats représentant les chargés de cours, les professeurs et les étudiants salariés de l’UQO ont décidé de retirer leurs représentantes au Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel.

Plusieurs éléments sont reprochés à l’UQO dans sa gestion de ce comité dont le manque de transparence quant à la nomination et à la gouvernance. « La création d’un comité consultatif chapeauté par un comité décisionnel constitué uniquement de cadres crée une illusion de collégialité qui est impropre au contexte universitaire et qui mine le succès de l’initiative dans son ensemble », a soutenu Louise Briand, présidente du Syndicat des professeures et professeurs de l’UQO (SPUQO)

Le manque de transparence du processus de consultation et de prise de décision nuit au travail de représentation syndicale ou associative. En effet, les membres du comité sont tenus de garder les discussions du comité et sa composition secrètes. « Cette confidentialité nous apparaît contraire à l’objectif de mettre en place des changements au sein de l’ensemble de la communauté universitaire. Une poignée d’individus ne pourront jamais éliminer au terme de quelques rencontres secrètes les violences sexuelles en milieu universitaire », a affirmé Sophie Potvin, présidente du Syndicat des étudiants et étudiantes salariés de l’UQO (SEES-UQO).

L’intégration des étudiantes salariées et des chargées de cours est par ailleurs problématique par le refus de l’UQO de les rémunérer. « Vu la nature de ce comité, ce sont surtout des femmes qui y siègent. L’UQO aurait-elle exigé un travail bénévole si ce comité avait été majoritairement masculin ? », a déclaré Marie-Josée Bourget, présidente du Syndicat des chargées et chargés de cours de l’UQO (SCCC-UQO). Ces représentantes doivent également composer avec un statut précaire qui les fragilise encore plus par l’absence de reconnaissance de la valeur de leur travail et de leur contribution au comité.

Le Comité consultatif pour une communauté exempte de harcèlement, de violence et d’agression à caractère sexuel s’est réuni pour la première fois le 22 mars 2017. Le SCCC-UQO y était officiellement représenté par trois membres, le SEES-UQO par deux membres et le SPUQO par une membre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Violence faite aux femmes

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...