Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections 2018

Une élection remplie de coups bas au Québec

Il y a une grande utilisation de la tricherie et des techniques douteuses pour convaincre la population, dans la précampagne électorale qui a présentement cour au Québec. La tricherie électorale vient de largement y dépasser le stade des appels automatisés. La transgression des normes généralement reconnues des campagnes électorales semble actuellement être la règle plutôt que l’exception pour ces élections provinciales. Que ce soit par excès de zèle ou par calcul politique assumé, de nombreux membres de partis politiques semblent aussi prendre un malin plaisir à jouer hors des normes acceptées.

La droite et la gauche se rejoignent sur ce point. Alors que des membres de la droite lançaient le site Internet Québec Fier qui dénonce les libéraux, une coalition syndicale a placardé dans plusieurs villes des affiches qui assimilent les politiques du PLQ à celles de la CAQ. Face à la multiplication des sites et individus faisant la promotion ou dénonçant une option politique, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence s’inquiète. Des sites internet publient des propos disgracieux, diffamatoires, homophobes, racistes ou xénophobes. Certains de ces propos contreviennent à une ou plusieurs lois et attaquent personnellement des individus. La dérive en est rendue à un tel niveau que ce centre de prévention lève le drapeau rouge pour signaler les possibles dérapages que pourraient entrainer ces campagnes d’opinions partisanes reposant beaucoup plus sur le calcul politique que sur les faits.

Il faut dire que l’exemple vient du gouvernement lui-même. Bien avant le début des élections, les préposés aux communications du gouvernement du Québec ont dénoncé une tentative de les transformer en des « instruments de propagande politique ». C’est que le Conseil exécutif leur avait envoyé des lignes directrices pour mieux faire passer le message d’austérité du gouvernement Couillard. Le président de leur syndicat, Richard Perron, dénonçait les cinq guides qui leur avaient été remis et qui donnaient les réponses à donner s’ils étaient interrogés par les journalistes. Les tentatives créatives du gouvernement pour influencer l’opinion publique ont continué. Les partis d’opposition ont par la suite dénoncé le budget du gouvernement Couillard du 22 novembre 2017 qui offrait des baisses d’impôt et plein de bonbons électoraux pour différentes clientèles cibles. Ce budget a de plus été vendu avec une campagne publicitaire agressive et à saveur électorale ce qui en faisait de la publicité pour le parti libéral payé par les fonds publics.

La nomination du propriétaire de l’Actualité à la présidence de la campagne électorale du Parti libéral, Alexandre Taillefer, a par la suite aussi amené son lot d’indignation. Ce média emploie un agrégateur de sondages aux méthodes qui ont été publiquement questionnées. En fait, la pratique même de faire des sondages avant les élections peut être questionnée puisqu’elle peut inciter au vote stratégique ou créer un effet d’entraînement au lieu de demander de voter en fonction de ses convictions, ce qui devrait être la norme. En démocratie, la population est censée avoir le droit à une information impartiale et balancée pour faire des choix éclairés. Or beaucoup de médias au Québec ont des biais qu’ils ne laissent pas toujours paraître. Rappelons à ce sujet que Radio-Canada n’est pas un organisme neutre et exempt de pressions politiques. Selon ses règles de fonctionnement, ses émissions d’affaires publiques doivent refléter le Canada comme nation et évoquer les avantages sociaux, économiques, culturels et politiques de l’appartenance à la communauté canadienne. Ce média n’est donc pas neutre dans une lutte qui oppose, comme actuellement, des partis fédéralistes à d’autres , souverainistes.

Le danger de triche est partout et doit être pris en compte. Le Directeur général des élections du Québec se disait récemment préoccupé au sujet des entreprises Internet qui amassent et vendent des données personnelles sans respecter de la vie privée. Dans le passé, il a été démontré que ces informations ont servi à faire de la propagande électorale. Il n’est pas dit que cela ne se fera pas durant ces élections au Québec. Si tous ont le droit à leur opinion, elle doit cependant être considérée avec un recul critique par ceux qui les lisent ou les entendent. Comme la vraie campagne électorale n’est pas encore commencée, beaucoup d’autres exemples de tricherie risquent de faire surface d’ici le 1er octobre.

Michel Gourd

Michel Gourd

Résident de L’Ascension de Matapédia.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections 2018

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...