Vous êtes ici : Accueil > Société > Femmes > Sexisme au travail

mardi 5 novembre 2013, par Chloé Matte Gagné

Enregistrer au format PDF impression
|

Féminisme

Sexisme au travail

Signez la pétition au bas de l’article


Les femmes qui travaillent dans les milieux non traditionnels soit des milieux d’hommes, ont à vivre avec différentes attitudes. Parfois c’est la plus grande politesse, parfois l’indifférence et parfois des propos sexistes. Mais les blagues plus ou moins salées sont monnaie courante. Les femmes s’en accommodent et au pire y répondent. Mais c’est comme marcher sur la lame d’un couteau : comment se faire respecter sans se faire isoler. Il faut en prendre et il faut en laisser. Le sexisme fait la vie dure aux femmes.

Le sexisme a des effets pervers sur toutes les femmes. En diffusant les images de corps de femmes, blanches, minces, hétérosexuelles, blondes et bien rembourrées c’est le corps de toutes les autres femmes noires autochtones, rondes, ordinaires et non teintes qui est remis en question. La majorité des femmes sont niées au nom d’un seul modèle. Les femmes vivent donc une perte de confiance en elles et en leur beauté personnelle. Il n’y a plus de diversité naturelle.

Ce modèle parfait de corps des femmes induit à la conformité au modèle. Les femmes se torturent, se mutilent et se comparent. Le corps devient un objet qu’on travaille comme une sculpture. Les industries de la publicité, de la mode, de l’esthétique, des bijoux en font leur chou blanc.

L’image unique du corps des femmes c’est aussi l’image du fantasme sexuel de la femme. Les petites filles sont très jeunes soumises à ce modèle et très jeunes tentent d’y correspondre. Les galas mini miss en sont un exemple pathétique. Les problèmes d’anorexie et de boulimie chez les adolescentes et les jeunes adultes en sont souvent une conséquence dangereuse pour la santé de ces femmes.
Pourquoi les femmes acceptent de se comparer, de se mutiler, de mettre leur santé en question pour être belle, pour correspondre au modèle ? Parce que les femmes vivent dans un rapport inégalitaire, dans un rapport de domination des hommes sur les femmes qui force les femmes à correspondre au modèle fantasmé par les hommes. Les femmes deviennent les sujets des hommes, les objets sexuels. Dans la société actuelle les femmes fournissent du travail gratuit à la maison pas les hommes, les femmes sont à faible salaire et en situation de précarité sur le marché du travail. Elles vivent la pauvreté et les surcharges de tâches. C’est l’infériorisation des femmes au profit du grand capital. Cet ordre capitaliste et patriarcal se nourrit au sexisme contre les femmes : « un beau corps on ne l’abime pas à travailler, on le garde sous la protection des hommes, on l’honore sexuellement et on l’enferme à la maison pour élever les enfants et chouchouter son petit mari ». Il n’y a qu’un pas, vite franchi, entre cela, la prostitution, la marchandisation des femmes et la traite des femmes et des enfants.
Pour lutter contre le sexisme, les femmes ont développé plusieurs stratégies de lutte. En voici une intéressante. Encourageons-les.


Contre les publicités sexistes sur les chantiers : signez cette pétition

La compagnie Makita, fabricant d’outils, fait la publicité de ses outils sur les chantiers de la construction en utilisant des affiches et des collants proposant des images dégradantes de femmes. Makita utilise le corps de la femme, la montre tel un objet sexuel, et ce, pour vendre son produit. Cette marchandisation du corps des femmes est une atteinte à l’intégrité et à la dignité des femmes et des filles et dénigre tout particulièrement les femmes travaillant sur les chantiers.
Cette publicité a pour effet de renforcer les stéréotypes sexuels et sexistes, ce contre quoi, depuis des décennies, les femmes, et les pionnières travaillant sur les chantiers de construction, se sont battues et se battent encore. Ces modèles ont des effets néfastes sur les relations entre les personnes, proposant une domination d’un sexe par rapport à un autre.

La société québécoise, ses citoyens et citoyennes adhèrent aux valeurs d’égalité. Par respect pour la dignité humaine et l’espace public non sexiste dans lequel doit évoluer notre société, nous demandons de retirer cette publicité.

http://www.avaaz.org/fr/petition/Contre_les_publicites_sexistes_sur_les_chantiers/?tfAnZcb

 


Répondre à cet article
(Forum de discussion lié à l'article)