Vous êtes ici : Accueil > Culture > De Speak White à Speak What

mardi 4 mars 2008, par Jean-Marc Piotte

Enregistrer au format PDF impression
|

Poésie

De Speak White à Speak What


Gaëtan Dostie, dans le numéro du premier mars de Laut’journal, attaque avec une rare violence le poème de Marco Micone, Speak What, (1980). Or celui-ci ne constitue pas une critique des positions de Michèle Lalonde défendues dans Speak White (1968).

Il reproche aux nationalistes québécois ce qu’ils sont trop souvent devenus : semblables à leurs anciens maîtres « anglais », tout en ressassant leurs luttes du passé. Il demande aux Québécois francophones de se tourner de bord, d’envisager l’avenir et de s’ouvrir aux immigrants pour mieux les intégrer :

[…]

imposez-nous votre langue

nous vous raconterons

la guerre, la torture et la misère

nous dirons notre trépas avec vos mots

pour que vous ne mouriez pas

et vous parlerons

avec notre verbe bâtard

et nos accents fêlés

du Cambodge et du Salvador

du Chili et de la Roumanie

de la Molise et du Péloponnèse

jusqu’à notre dernier regard

speak what

nous sommes cent peuples venus de loin
pour vous dire que vous n’êtes pas seuls

Et à relire les deux poèmes de Lalonde et Micone, tous deux d’une grande beauté, il est indéniable que celui de Marco Micone a le mieux vieilli.